Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"From Russia with luck"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Philip Roth, l'incomparable

En savoir plus

EUROPE

Une statue antique du Conseil italien "émasculée" après le départ de Berlusconi

© AFP

Dernière modification : 27/03/2013

Une statue antique de Mars exposé au siège du gouvernement italien a été amputée de ses attributs virils après le retrait de "prothèses" qui avaient été ajoutées à la demande de Silvio Berlusconi à l’époque où ce dernier présidait le Conseil.

Deux statues antiques de Mars et Vénus exposées au siège du gouvernement italien se sont vu retirer les "prothèses" controversées ajoutées à la demande de Silvio Berlusconi : Mars y perd divers attributs virils et Vénus ses deux mains, a malicieusement noté mercredi le quotidien romain Il Messaggero.

Ce groupe de statues en marbre avait été prêté au Palais Chigi, qui abrite le gouvernement, et en 2010 Silvio Berlusconi, alors président du Conseil, qui trouvait les statues "incomplètes", avait demandé une prompte intervention pour y remédier.

Malgré les critiques d'historiens de l'art, Mars avait ainsi regagné une main, son bouclier, son pénis et la pointe de son épée, Vénus ses deux mains.

Datant de 175 après Jésus-Christ et retrouvé en 1918 à Ostie, près de Rome, ce groupe d'un poids de 1,4 tonne et haut de 2,28 mètres représente le dieu de la Guerre sous les traits de l'empereur Marc-Aurèle, et la déesse de l'Amour sous ceux de sa femme Faustine.

En mai 2012, après le départ de M. Berlusconi, le groupe a retrouvé son emplacement d'origine au musée des Thermes de Dioclétien, où Mars et Vénus ont été amputés de leurs prothèses.

La pose de ces prothèses avait coûté la bagatelle de 70.000 euros et fait polémique alors que le budget de la culture subissait des coupes sévères. Tournée en ridicule par l'opposition, la requête du Cavaliere avait également suscité la réprobation de critiques d'art du monde entier.

Selon Giovanna Bandini, chargée d'effectuer les travaux de retour au statu quo ante, la pose puis le retrait des prothèses se sont effectués sans dommage pour les statues. Les prothèses, réalisées en sulfate de calcium et en résine, étaient maintenues sur le corps des statues par un système d'aimants.

"Ces reconstructions ne correspondaient pas à nos principes de restauration, basés sur la présentation de ce que l'histoire nous a laissé. Mais c'était une expérience, et elle a parfaitement réussi", a déclaré l'historienne au Messaggero.

AFP

Première publication : 27/03/2013

  • ITALIE - INDE

    Affaire des faux pirates : les deux soldats italiens de retour à New Delhi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Corruption : le parquet demande un jugement immédiat de Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Les électeurs silencieux de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)