Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

EUROPE

Une statue antique du Conseil italien "émasculée" après le départ de Berlusconi

© AFP

Dernière modification : 27/03/2013

Une statue antique de Mars exposé au siège du gouvernement italien a été amputée de ses attributs virils après le retrait de "prothèses" qui avaient été ajoutées à la demande de Silvio Berlusconi à l’époque où ce dernier présidait le Conseil.

Deux statues antiques de Mars et Vénus exposées au siège du gouvernement italien se sont vu retirer les "prothèses" controversées ajoutées à la demande de Silvio Berlusconi : Mars y perd divers attributs virils et Vénus ses deux mains, a malicieusement noté mercredi le quotidien romain Il Messaggero.

Ce groupe de statues en marbre avait été prêté au Palais Chigi, qui abrite le gouvernement, et en 2010 Silvio Berlusconi, alors président du Conseil, qui trouvait les statues "incomplètes", avait demandé une prompte intervention pour y remédier.

Malgré les critiques d'historiens de l'art, Mars avait ainsi regagné une main, son bouclier, son pénis et la pointe de son épée, Vénus ses deux mains.

Datant de 175 après Jésus-Christ et retrouvé en 1918 à Ostie, près de Rome, ce groupe d'un poids de 1,4 tonne et haut de 2,28 mètres représente le dieu de la Guerre sous les traits de l'empereur Marc-Aurèle, et la déesse de l'Amour sous ceux de sa femme Faustine.

En mai 2012, après le départ de M. Berlusconi, le groupe a retrouvé son emplacement d'origine au musée des Thermes de Dioclétien, où Mars et Vénus ont été amputés de leurs prothèses.

La pose de ces prothèses avait coûté la bagatelle de 70.000 euros et fait polémique alors que le budget de la culture subissait des coupes sévères. Tournée en ridicule par l'opposition, la requête du Cavaliere avait également suscité la réprobation de critiques d'art du monde entier.

Selon Giovanna Bandini, chargée d'effectuer les travaux de retour au statu quo ante, la pose puis le retrait des prothèses se sont effectués sans dommage pour les statues. Les prothèses, réalisées en sulfate de calcium et en résine, étaient maintenues sur le corps des statues par un système d'aimants.

"Ces reconstructions ne correspondaient pas à nos principes de restauration, basés sur la présentation de ce que l'histoire nous a laissé. Mais c'était une expérience, et elle a parfaitement réussi", a déclaré l'historienne au Messaggero.

AFP

Première publication : 27/03/2013

  • ITALIE - INDE

    Affaire des faux pirates : les deux soldats italiens de retour à New Delhi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Corruption : le parquet demande un jugement immédiat de Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Les électeurs silencieux de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)