Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Afrique

Les législatives se dérouleront au mois d'octobre, selon Mohamed Morsi

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2013

Le président égyptien Mohamed Morsi a indiqué que les élections législatives égyptiennes, initialement prévues pour avril, devraient se dérouler au mois d'octobre à la suite de l'adoption d'une nouvelle loi électorale, mardi.

S'exprimant en marge du sommet de la Ligue arabe, à Doha, au Qatar, le président égyptien Mohamed Morsi a indiqué qu'il s'attendait "à ce que les élections législatives se déroulent en octobre et que le Parlement siège d'ici à la fin de l'année", rapporte l'agence officielle égyptienne Mena.

Intialement prévu pour avril, le scrutin a été annulé par un tribunal administratif qui estimait que Mohamed Morsi avait ratifié la première loi électorale sans la faire valider par le Cour suprême constitutionnelle, comme l'exige la Constitution. Mardi 26 mars, une nouvelle loi électorale a été approuvée par la chambre haute du Parlement. Ce texte doit encore être examiné par la plus haute instance juridique du pays avant ratification.

Le président Morsi a, à plusieurs reprises, fait valoir que des élections marqueraient un début de retour à la stabilité, écartant des critiques sur le fait que les troubles et les profondes divisions qui agitent le pays rendaient le moment inopportun pour un scrutin.

La principale coalition de l'opposition, le Front de salut national, a déjà annoncé son intention de boycotter le vote d'avril, exprimant des doutes quant à sa transparence, et a réclamé une nouvelle loi électorale.
 

Avec dépêches

Première publication : 27/03/2013

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens révoltés par la brutalité et le laxisme de leur police

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L’opposition égyptienne boycottera les législatives

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'opposition égyptienne appelle au départ du président Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)