Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

EUROPE

Battu par son frère en 2010, David Miliband finit par abandonner la vie politique

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 27/03/2013

Le travailliste David Miliband a officiellement quitté la vie politique britannique mercredi pour se consacrer à une organisation humanitaire à New York. Il avait perdu les élections pour la tête du Labour en 2010 face à son frère, Ed Miliband.

C’est un David Miliband blessé par une bataille fratricide pour prendre la tête du Parti travailliste qui s’est retiré de la vie politique britannique mercredi 27 mars. L’ancien député a annoncé son départ pour New York, où il va troquer les affaires publiques pour le business humanitaire en dirigeant le centre de charité International Rescue Committee.
Alors que l’intéressé évoque un “nouveau challenge et un nouveau départ”, le chef du Parti travailliste, son frère cadet Ed Miliband, estime que la vie politique britannique va perdre de sa valeur et dit regretter personnellement le départ de David.

Une déclaration en signe d’apaisement après le duel qui les a opposés, en 2010, lors du scrutin interne au parti dont est sorti vainqueur Ed. Représentants de franges différentes du Parti travailliste - Ed est ancré à gauche et proche des syndicats alors que David est plus libéral -, leur compétition dans l’arène politique a en effet envenimé leur relation familiale. "Ce duel aura eu raison de la carrière politique de David Miliband," commente Sophie Loussouarn, spécialiste de la vie politique et économique du Royaume-Uni*.

"Miliband a raisonnablement décidé de descendre de scène"

Au regard de ces tensions, cette décision est pertinente, selon Kevin Maguire, journaliste au "Daily Mirror", le premier quotidien à avoir évoqué la démission David Miliband. "C’était probablement la meilleure chose à faire pour lui et son frère […]. Il a agi par amour - ce qui n’est pas courant au sein du Parti travailliste - car il pense que cela sera mieux pour Ed Miliband s’il ne fait plus partie du soap opera."

Après l’élection de son frère rival, l’ancien ministre de Gordon Brown avait refusé le poste qui lui était offert au sein du cabinet fantôme, une institution formée par les fers de lance de l’opposition qui suit pas à pas l’action du gouvernement officiel. Très discret depuis sur la scène politique, il ne commentait aucune des décisions prise par Ed Miliband et était très rarement présent lors des débats à la Chambre des Communes.

"Il était devenu évident que le prochain volet de la saga Labour allait être écrit sans lui. Et puisqu’il n’avait pas de texte à réciter, il a raisonnablement décidé de descendre de scène,” analyse Rafael Behr, chroniqueur politique pour le magazine britannique de gauche "New Statesman".

Du côté des députés travaillistes, l’annonce de la démission de David Miliband, 47 ans, a été vécu comme un coup de tonnerre. "David sera brillant de l’autre côté de l’Atlantique, comme à son habitude. […] Je pense qu’il reviendra en politique un jour mais, pour l’heure, je suis juste triste," a réagi le député John Woodcock.

Considérant cette nouvelle comme une "grande perte pour la politique britannique", le député Keith Vaz s’est quant à lui dit choqué. "C’est le meilleur et le plus brillant qui quitte le pays", a-t-il déploré.

Erreurs du passé

Une déception partagée par Sophie Loussouarn. "Cela pourrait porter préjudice au Parti travailliste. David Miliband avait davantage la carrure d’un Premier ministre que son frère. Ce dernier manque de charisme et n’a même pas défini sa politique économique," analyse-t-elle. Ed Miliband pâtit en effet d’un déficit en matière d’image. En octobre 2012, seuls 22 % des Britanniques jugeaient qu'il ferait un bon Premier ministre, selon un sondage ComRes.

Toutefois, cette démission, qui implique l’abandon du nouveau travaillisme incarné par David Miliband, pourrait également être synonyme de recentrage du parti. "Finalement, ce départ résout le problème de la scission du Parti travailliste. Il va peut-être pouvoir se recentrer," explique Sophie Loussouarn.

À condition toutefois de ne pas reproduire les erreurs du passé, selon la spécialiste : "Sans David Miliband et sa capacité à faire bouger les lignes, il ne faut pas que le Parti travailliste revienne à ses vieux dogmes qui l’ont condamné à être dans l’opposition pendant de longues années".

* Auteure de "Tony Blair, l’odyssée politique" et "David Cameron, un conservateur du XXIe siècle" (édition Séguier).

 

Première publication : 27/03/2013

  • ROYAUME-UNI

    David Miliband quitte les instances dirigeantes du Parti travailliste

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    La tête du Parti travailliste, un fauteuil pour deux... frères

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)