Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

FRANCE

Six interpellations dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Sollacaro

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/03/2013

La police a procédé à l'interpellation de six personnes à Ajaccio et à Marseille dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat en octobre dernier d'Antoine Sollacaro, un avocat corse âgé de 63 ans.

Six personnes ont été interpellées mercredi à Ajaccio et à Marseille dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat, en octobre 2012, de l'avocat Antoine Sollacaro, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Quatre personnes ont été interpellées à Ajaccio et placées en garde à vue au commissariat de la ville, et deux autres à Marseille, par des policiers de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ).

L'un des deux interpellés à Marseille serait un fonctionnaire de police, a-t-on indiqué de même source.

Des perquisitions étaient en cours en fin de matinée à Ajaccio et dans les environs notamment chez un garagiste.

La DRPJ est appuyée par des policiers de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI).

Me Sollacaro, 63 ans, ancien bâtonnier d'Ajaccio, avait été tué par balles par un tueur à moto, le 16 octobre 2012, alors qu'il se trouvait en plein jour au volant de sa voiture dans une station-service de la route des Sanguinaires, près du centre de la cité impériale.

L'affaire a été confiée à la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirs), chargée des dossiers de crime organisé.

L'assassinat de l'avocat, l'un des plus brillants pénalistes insulaires, qui avait notamment défendu Yvan Colonna, condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat en 1998 du préfet de Corse Claude Erignac, avait provoqué la stupeur dans l'île comme sur le continent.

Ce crime avait été suivi le 14 novembre de l'assassinat, encore à Ajaccio, du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, 49 ans, tué par balles dans son magasin de confection par un commando de tueurs également à moto.

Selon les enquêteurs, qui s'appuient sur des témoignages et des enregistrements vidéo, la même machine, une BMW 1200, aurait pu être utilisée pour les deux assassinats.

Les interpellations de mercredi semblent être les premières depuis l'assassinat de Me Sollacaro.

Peu après l'assassinat de Jacques Nacer, le gouvernement avait annoncé la mise en place de nouvelles mesures spécifiques à la Corse pour tenter d'y enrayer la spirale criminelle qui a fait 19 morts l'an dernier dans l'île.

Six homicides ont déjà été perpétrés depuis le 1er janvier.
 

AFP

Première publication : 27/03/2013

  • FRANCE

    Le fils de Me Sollacaro tient la police pour responsable de la mort de son père

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)