Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

Moyen-orient

Une équipe d'experts de l'ONU va enquêter sur les armes chimiques en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/03/2013

Les Nations unies ont diligenté une mission d'experts pour déterminer s'il a été fait usage d'armes chimiques en Syrie. Opposition et gouvernement s'accusent mutuellement d'avoir eu recours à ces armes en mars à Alep et Damas.

Les Nations unies ont nommé mardi 26 mars un scientifique suédois pour diriger l'équipe d'experts chargée d'enquêter sur l'emploi éventuel d'armes chimiques en Syrie et ont décidé que cette équipe ne comprendrait pas de ressortissants des grandes puissances. À la tête de la mission, l’ONU a nommé le suédois Ake Sellstrom, qui avait participé à la chasse aux armes de destruction massive de l'Irak dans les années 1990.

Le gouvernement du président Bachar al-Assad et l'opposition s'accusent mutuellement d'avoir utilisé des armes chimiques lors d'un récent bombardement à Alep, qui a fait 26 morts. Ban Ki-moon a prévenu que l'enquête de l'ONU porterait uniquement sur cet incident et non pas sur d'autres cas présumés évoqués par les rebelles syriens et relayés par la France et la Grande-Bretagne. Il s'agira d'une enquête technique, et non pénale, pour déterminer si des armes chimiques ont été utilisées et non pas qui les a éventuellement tirées, a souligné le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky, sans préciser quand l’équipe commencerait son travail.

Profondes divisions

Selon l'ONU, les recherches "se concentreront dans un premier temps" sur les accusations portées par le gouvernement syrien, qui a été le premier à demander une enquête. La France et le Royaume-Uni ont de leur côté demandé à l'ONU d'étudier toutes les accusations, qu'elles viennent de l'opposition ou de Damas.

Par ailleurs, Ban Ki-moon a indiqué aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine) qu'ils ne seraient pas autorisés à participer à l'enquête, selon des diplomates. Cette décision a été prise en raison des profondes divisions que le conflit syrien suscite entre d'une part les Occidentaux, qui réclament le départ du président Bachar al-Assad, et d'autre part la Russie et la Chine qui protègent le régime syrien.

L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine n'a pas caché l'irritation de Moscou. La Russie était "prête" à participer, a-t-il dit, mais "on nous a dit que le secrétariat préférait que l'équipe ne comprenne aucun membre venu du P5"."Nous ne partageons pas ce genre d'attitude mais l'essentiel est que l'équipe soit aussi impartiale que possible", a-t-il ajouté. "Nous verrons quel genre de groupe ce sera et quels seront les résultats de leur travail".

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 27/03/2013

  • SYRIE

    Un Frère musulman venu d'Amérique pour diriger l'opposition syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne a désormais un Premier ministre

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attentat à Damas, des dizaines de morts dont un imam pro-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)