Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Après « l’Ice Bucket Challenge », place au « Rice Bucket Challenge »

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

FRANCE

Pas de nouveau mandat à la tête du Medef pour Laurence Parisot

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/03/2013

La présidente du Medef n'a pas obtenu le nombre de voix nécessaires pour réformer les statuts de l'organisation patronale, en vue d'un troisième mandat. La patronne des patrons quittera ce poste, qu'elle occupe depuis huit ans, à la fin de l'été.

Laurence Parisot va devoir quitter cet été la tête du Medef qu'elle présidait depuis huit ans, après l'échec de sa tentative de réforme des statuts, rejetée jeudi par le conseil exécutif de la plus grande organisation patronale de France.

A l'issue d'un scrutin très serré, les 45 membres du conseil exécutif, réunis pendant une heure et demie, ont voté à 22 voix pour la convocation d'une assemblée générale extraordinaire le 16 avril, à 22 voix contre, et un vote blanc.

Pour convoquer cette assemblée, seule habilitée à valider une réforme des statuts voulue par Laurence Parisot pour briguer un troisième mandat, il aurait fallu une majorité simple, soit 23 voix favorables.

"Juridiquement, dans la mesure où il n'y a pas une majorité en faveur, cela équivaut au fait que la résolution n'est pas acceptée", a expliqué à l'issue de la réunion au siège du Medef à Paris Jean-Louis Schilansky, proche de l'actuelle présidente. Il a annoncé la diffusion d'"un communiqué de presse dans les heures qui viennent".

Mme Parisot devait s'exprimer dans la foulée devant la presse mais n'avait toujours pas pris la parole 40 minutes après l'annonce du résultat.

Les membres du conseil exécutif se sont prononcés à bulletins secrets sur une réforme qui aurait autorisé la patronne des patrons à se présenter pour un troisième mandat à la tête de l'organisation, après en avoir effectué deux, un de cinq ans et un de trois ans en vertu du règlement interne.

Saisi en janvier par Mme Parisot, le comité statutaire avait il y a dix jours posé les principes d'une réforme des statuts ne limitant plus le nombre de mandats à la présidence.

Plusieurs fédérations professionnelles ou territoriales avaient annoncé leur opposition à l'instauration de mandats de cinq ans renouvelables sans limite autre que l'âge du candidat, une transformation qui se serait appliquée à la présidente actuelle dès l'élection de l'été prochain.

"Nous devons régler une petite formalité dont on parle depuis trois mois dans la presse quasiment tous les jours", a ironisé juste avant d'entrer dans la réunion du conseil exécutif Pierre Gattaz, président du Groupe des fédérations industrielles (GFI), candidat à la succession de Mme Parisot.

"Parisot a fait ses preuves"

Charles Beigbeder, membre du conseil exécutif considéré comme un proche de la présidente, avait, lui, confirmé qu'il voterait contre la réforme des statuts. "Il ne faut pas la faire maintenant, c'est évident, c'est une question d'éthique", a-t-il déclaré, estimant qu'il y avait au sein du conseil "une majorité" contre.

Si elle avait passé le cap du conseil exécutif, la réforme aurait encore dû obtenir l'assentiment des deux tiers des 560 membres votants de l'assemblée générale qui aurait alors été appelée à se réunir en session extraordinaire le 16 avril.

"Laurence Parisot a fait ses preuves, on ne change pas forcément une équipe qui gagne au milieu du gué", avait déclaré Nicolas Rousselet, président de l'Union nationale des industries du taxi, en arrivant au siège du Medef jeudi.

Le conseil exécutif est composé de 22 représentants des fédérations professionnelles, 12 des Medef territoriaux, de 10 personnalités qualifiées souvent désignées par Mme Parisot, ainsi que de cette dernière.

Les candidats déjà déclarés à la présidence du Medef sont Pierre Gattaz (53 ans), Geoffroy Roux de Bézieux (50 ans), patron de Virgin Mobile (Omea Telecom), l'ex-médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot et le patron de la PME Aqoba Thibault Lanxade.

Quant à la présidente sortante, âgée de 53 ans, elle avait annoncé le 1er mars vouloir être candidate en cas d'évolution des statuts.

Frédéric Saint-Geours, président de la puissante Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), n'a pas encore dit ses intentions. Mais sa charge contre la tentative de Laurence Parisot de rester aux commandes et sa mise en retrait de l'équipe dirigeante de PSA Peugeot Citroën ont été interprétées comme des pas vers une candidature.

AFP

Première publication : 28/03/2013

  • FRANCE

    Une petite phrase d'Ayrault relance le débat sur les 35 heures

    En savoir plus

  • FRANCE

    Quand la patronne du Medef verse dans la théorie du complot

    En savoir plus

  • MEDEF

    Laurence Parisot, seule candidate, réélue patronne des patrons

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)