Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Hauts revenus : la taxe à 75 % sera payée par les entreprises

Vidéo par Roselyne FEBVRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2013

François Hollande a annoncé ce jeudi, sur France 2, que la taxe à 75 % portant sur les salaires de plus d'un million d'euros serait prise en charge par les entreprises et non par le contribuable, comme prévu initialement.

François Hollande a finalement opté pour le maintien d’un taux symbolique de 75 % sur la partie de la rémunération dépassant un million d’euros, tout en déportant le prélèvement du contribuable vers l’entreprise. C’est le moyen que celui-ci a trouvé pour éviter qu’une des mesures phares de son programme soit de nouveau retoquée par le Conseil constitutionnel.

Vers un allongement de la durée de cotisation pour les retraites?

"L'assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations et, lorsqu'elles dépassent un million d'euros, l'entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75 %", a déclaré M. Hollande lors de son intervention télévisée, ce jeudi, sur France 2.

Le président a également annoncé qu'il allait rendre "plus simple" la fiscalité sur les cessions et transmissions d'entreprises "lorsque c'est à des repreneurs qui permettent de maintenir l'emploi".

Promesse emblématique du candidat Hollande à la présidence de la République, la taxation à 75 % des hauts revenus doit être appliquée pendant deux ans, à partir de 2014.

Des allocations familiales "modulables"

Le chef de l'État a également profité de son intervention télévisée pour clarifier plusieurs aspects des réformes à venir en matière de politique budgétaire et économique.

François Hollande évoque la bataille contre le chômage

Ainsi, hors de question pour lui de fiscaliser les allocations familiales, comme cela avait été évoqué dans la presse. Le chef de l’État a par ailleurs insisté pour que ces prestations restent "universelles", c'est-à-dire accessible à toute famille ayant la charge d’au moins deux enfants, sans conditions de revenus.

La nouveauté est que le montant de ces prestations serait modulable selon les revenus de chaque famille. En clair : les plus hauts revenus peuvent s’attendre à voir leurs allocations familiales diminuées.

Le budget de la Défense sanctuarisé… pour combien de temps ?

Le chef de l’État a rassuré les nombreux parlementaires qui s’étaient alarmés des coupes budgétaires annoncées dans le secteur de la défense.

"Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013" pour la Défense, a tranché le chef de l'État.

"Comme nous avons été bien défendus en 2013, nous serons bien défendus en 2014, et ainsi ce sera la même somme qui sera affectée à l'outil de défense", a expliqué le chef de l'État. Une somme qui tourne autour de 30 milliards d’euros par an, soit 1,5 % du PIB.

Reste à savoir si le budget de la Défense sera également sanctuarisé sur la période 2014-2019. Interrogé à ce sujet, François Hollande a brièvement opiné de la tête, sans mentionner une étude récente qui évoquait deux scénarios de coupes budgétaires drastiques sur cette période.

Avec dépêches

À propos de l'intervention de François Hollande, jeudi, sur France 2, lire aussi : "La France a atteint ses objectifs au Mali".

 

 

Première publication : 28/03/2013

  • FRANCE

    François Hollande et l'écueil de la "communication sans message"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)