Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

FRANCE

François Hollande : "La France a atteint ses objectifs au Mali"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2013

François Hollande a annoncé ce jeudi, sur France 2, que la France avait "atteint ses objectifs" au Mali. Concernant le calendrier des opérations, il a précisé qu'il n'y aurait "plus que 2 000 soldats français" sur le sol malien en juillet.

Le président François Hollande a affirmé jeudi, à l'occasion d'un entretien sur la chaîne de télévision France 2, que la France avait "atteint ses objectifs" au Mali. Le premier, a-t-il dit, était "d'arrêter l'offensive terroriste", le deuxième de "reconquérir les villes occupées par les terroristes", le troisième d'aller dans "le réduit des terroristes, dans leur sanctuaire".

"Il n'y aura plus que 2 000 soldats français au Mali au mois de juillet"
La France, a-t-il souligné, "a été regardée comme le pays de la délivrance" et "chaque Français doit en être fier et les soldats français doivent en être remerciés". Il leur a d’ailleurs rendu hommage en se disant "en admiration" devant leur attitude, tout en rappelant que cinq d’entre eux avaient été tués.

Concernant le calendrier des opérations, le locataire de l’Élysée, qui est aussi le chef des armées, a précisé qu'en juillet il n'y aurait "plus que 2 000 soldats français au Mali dans le cadre, sans doute, d'une opération de maintien de la paix de l'ONU", contre 4 000 actuellement, réaffirmant que le retrait commencerait à la fin d'avril. "Mais nous aurons toujours des forces prépositionnées pour intervenir si c'est nécessaire", a-t-il ajouté.

Otages et rançons
 
Sur le plan politique, le président François Hollande a déclaré qu'il voulait des élections au Mali "à la fin du mois de juillet", ajoutant : "Et nous serons intraitables là-dessus". "Deuxièmement, il faut qu'il y ait ce dialogue avec toutes les composantes de la société malienne", a-t-il poursuivi.
 
Même budget pour la Défense en 2014 qu'en 2013

François Hollande a annoncé que le budget annuel de la Défense serait le même en 2014 qu'en 2013. Un message à destination des militaires qui craignaient qu’il ne passe sous le seuil de 1,5 % du PIB, soit environ 30 milliards d'euros par an, son niveau actuel.

"Nous dépenserons en 2014 exactement le même montant qu'en 2013, nous avons été bien défendus en 2013, nous serons bien défendus en 2014", a précisé le chef de l'État.

 

Sur la question des otages, le chef de l’État a indiqué que "des éléments" accréditent l'idée que Philippe Verdon serait mort. "Tout ce que nous avons eu comme interceptions, comme renseignements nous laissent plutôt penser qu'il aurait été tué". Interrogé sur la famille enlevée au Cameroun, François Hollande a affirmé avoir "des preuves de vie" mais ignorer où elle était retenue exactement. "Nous savons que c'est au Nigeria. Nous cherchons tous les contacts qui nous permettent d'obtenir leur libération", a-t-il précisé.
 
Enfin, réagissant à une question sur l’éventuel paiement par la France d’une rançon en échange de la libération des otages, François Hollande a répondu avec ironie : "Comment pourrions-nous verser de l'argent aux terroristes au moment où ils combattent nos soldats ?".
 
À propos de l'intervention de François Hollande, jeudi, sur France 2, lire aussi : "Hauts revenus : la taxe à 75 % sera payée par les entreprises".

 

Première publication : 28/03/2013

  • FRANCE

    François Hollande et l'écueil de la "communication sans message"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)