Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

Afrique

Les habitants de Gao désenchantés par la politique malienne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2013

Deux mois après la libération de leur ville, les habitants de Gao, dans le nord du Mali, se sentent toujours abandonnés par les politiciens maliens. Ils n'attendent pas grand chose de l'élection présidentielle organisée en juillet prochain.

Depuis le départ des djihadistes de Gao, aucun homme politique malien d’important ne s’est encore rendu dans la ville, qui a souffert pendant de longs mois de l’occupation des islamistes.

Beaucoup d’habitants ne cachent pas leur mécontentement. Ils n’ont plus confiance dans les partis politiques. "Il faut tous les balayer et prendre des jeunes qui, aujourd’hui, sont capables de relancer la politique au Mali", estime ainsi Moussa, un transporteur, autrefois militant de l’un des principaux partis au pouvoir.

Une campagne sans enthousiasme

Malgré ce manque d’enthousiasme politique, les candidats commencent déjà à organiser la campagne en vue de l’élection présidentielle organisée au mois de juillet prochain.

Pour les habitants cet empressement est choquant alors que la ville vit toujours sous la menace djihadiste. "Nous sommes privés de tout. Même les produits de première nécessité n'existent pas ici à Gao. Comment est‐ce qu'on peut nous demander d'aller voter ? Voter pour qui ? Pourquoi ? Nous avons compris que nous ne représentons rien pour l'État malien, pour la politique malienne", critique Moussa Boureima Yoro, le superviseur des patrouilleurs de Gao.

La classe politique malienne devra ainsi travailler dur pour regagner la confiance de la population de Gao. Dans la ville martyre de l’occupation djihadiste, le futur vote ne fait vraiment pas partie des priorités.
 

Première publication : 28/03/2013

  • MALI

    L'ONU envisage d'intervenir au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    L'Élysée confirme la mort d'Abou Zeïd, l'un des leaders d'Aqmi

    En savoir plus

  • MALI

    Le retour de l’administration à Gao, un défi majeur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)