Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

FRANCE

Qui se cache derrière le "printemps français" ?

© Printempsfrançais.com

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 28/03/2013

Lors de la mobilisation contre le mariage pour tous du 24 mars, un nouveau collectif s'est distingué en défiant l'interdiction de défiler sur les Champs-Élysées : "le printemps français". Un groupe au nom évocateur mais aux contours encore flous.

Le "printemps français" est né le 21 mars, "premier jour du printemps", se plaît à dire l'un de ses membres, l’avocat Frédéric Pichon. Mais ses origines remontent, en réalité, au 13 janvier dernier, date de la première grande manifestation contre le mariage gay qui a mobilisé 340 000 manifestants selon la police et 800 000 selon ses organisateurs. Face à la marée humaine qui défile dans les rues de Paris, l'envie est tentante, pour certains manifestants, de faire la comparaison avec les mouvements populaires qui ont bouleversé le monde arabe en 2011. L'idée de "printemps français" est alors évoquée par une faction du mouvement anti-mariage gay, qui se veut plus radicale.

Le mois suivant, Frigide Barjot, égérie des anti-mariage gay, prévoit de frapper fort en annonçant une nouvelle manifestation pour le 24 mars, cette fois-ci sur les Champs-Élysées. Le 25 février, le nom de domaine "printempsfrancais.com" est déposé par Béatrice Bourges, présidente du Collectif pour l’enfant et alors porte-parole du mouvement dirigé par Frigide Barjot. Mais c'est la douche froide : pour des raisons de sécurité, le défilé sur les Champs-Élysées est interdit d'abord par la préfecture, puis par le tribunal administratif de Paris.

Si le principal mouvement se plie à l'interdiction, le "printemps français", lui, renouvelle son appel. Un appel qui sera, selon lemonde.fr, relayé par le Parti chrétien-démocrate de Christine Boutin, mais aussi des sites catholiques et des blogs proches de l'extrême droite, comme l'Action française. Bravant les interdits, les manifestants vont camper sur les Champs-Élysées et installer des tentes en bas de la célèbre avenue. "Le printemps français a véritablement pris son envol le 24 mars", confirme Frédéric Pichon.

Ligne radicale vs ligne Bisounours

Suite aux débordements et aux échauffourées survenus le jour du défilé, Frigide Barjot a tenu à se démarquer, dès le lendemain, en jugeant "irresponsable d’envoyer des familles avec leurs enfants sur des artères interdites par la préfecture, avec la menace de la répression". Dans un entretien avec Le Parisien, elle affirme que "Béatrice Bourges n’est plus membre de notre collectif". La rupture est consommée. "En se désolidarisant de ces familles qui ont reçu des gaz lacrymogènes, en les traitant de skinheads, elle a lâché ses troupes", a réagi dans la foulée Béatrice Bourges, qui s'affiche clairement comme plus radicale que le mouvement de Frigide Barjot, qu’elle juge trop "Bisounours".

Mais qui sont ses troupes ? Interrogée sur France Inter deux jours après la manifestation, Béatrice Bourges est peu loquace sur le sujet. "Ce sont des citoyens lambda qui viennent des régions et qui se sentent bafoués", indique-t-elle. "Une résistance pacifique est en train de s’organiser". En revanche, aucun chiffre n'est donné sur le nombre de membres. "Nous recevons des appels de toute la France pour constituer des comités", note Me Pichon. Le compte Twitter officiel de "printemps français" compte, pour l'heure, 695 abonnés.

"Usurpation du terme"

Obscur, le collectif veut échapper volontairement "à tout type d’enfermement réducteur", poursuit Me Pichon, qui refuse de lui prêter un caractère confessionnel, "même si beaucoup de ses membres sont catholiques". "Nous récusons également toute récupération politique de la droite ou de l’UMP", ajoute-t-il. Ce qui est certain, c'est que le "printemps français" se présente désormais comme anti-gouvernemental. "Nous avons le sentiment d’être méprisés car malgré les manifestations que nous menons et les pétitions que nous signons, nous ne sommes pas entendus", poursuit l’avocat, qui dénonce "un gouvernement arrogant".

Faut-il y voir une référence légitime au printemps arabe ? Selon Frédéric Pichon, le point commun entre ces mouvements contestataires est la "légitimité populaire". Il s’agit purement et simplement d’une fausse comparaison et d’une usurpation du terme, rétorque pour sa part le porte-parole d’Attac, Thomas Coutrot, qui rappelle que le printemps arabe ou même les "Indignés" sont des mouvements d’émancipation qui revendiquent plus de droits sociaux et de libertés. “Ce mouvement-là souhaite, à l’inverse, empêcher les homosexuels d’avoir les mêmes droits qu’eux.”

Première publication : 28/03/2013

  • FRANCE

    Au plus bas dans les sondages, Hollande part à la reconquête des Français

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy évoque son éventuel retour dans l'arène politique

    En savoir plus

  • FINANCES

    François Hollande promet un équilibre des finances pour 2017

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)