Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Une cyberattaque sans précédent échoue à faire trembler le Net

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 28/03/2013

Une attaque informatique, qui visait à l’origine un site suisse de lutte contre le spam sur l’Internet, s’est transformée en cyber-opération de grande envergure qui aurait affecté le trafic internet mondial. Pas si sûr...

L’information a de quoi faire peur à l’internaute lambda. Une cyberattaque contre un seul site situé en Suisse aurait ralenti tout l’Internet dans plusieurs pays européens voire au niveau mondial. L’histoire a fait la une, mercredi 27 mars, du "New York Times" et du site de la BBC. Sauf que moins de 24 heures plus tard, l’ampleur de l’impact de cette cyber-guérilla commence à être remis en question.

De quoi s’agit-il ? Le site de la société suisse Spamhaus, qui traque et dénonce les spammeurs à travers le monde, a subi la semaine passée une série d’attaques par déni de service. C’est-à-dire que des cybercriminels ont tenté d’inonder ses serveurs de requêtes de connexion jusqu’à ce que le site de leur victime devienne inaccessible.

L'opération pourrait être une cyber-vendetta. Spamhaus venait en effet de pointer du doigt Cyberbunker, un hebergeur qui d’après la société néerlandaise abrite des sites à partir desquels sont lancées des campagnes de spam. Une concomittance qui pourrait faire de Cyberbunker le coupable idéal. Les responsables de Cyberbunker, eux, nient toute implication dans l’attaque informatique.

Mais cette cyber-vendetta présumée ne s'est pas passée comme prévu pour les assaillants. Spamhaus a résisté, en effet, à la première vague d’attaques. Les cybercriminels sont alors passés à la vitesse supérieure, au début de la semaine, et ont changé de tactique, raconte dans un billet de blog la société américaine de sécurité informatique CloudFlare qui a aidé Spamhaus à résister en l'hébergeant. Les pirates informatiques se sont lancés directement à l’assaut des serveurs qui fournissent la bande passante à Spamhaus.

Sans précédent

L’opération a alors pris une toute autre ampleur. Au lieu de viser seulement la société néerlandaise, les cybercriminels ont menacé la stabilité de tout un pan d’Internet. Les serveurs visés fournissent, en effet, de la bande passante à un grand nombre de sites internet. Surtout que les pirates informatiques n’y vont pas avec le dos de la cyber-cuillère : CloudFare assure qu’ils ont envoyé jusqu’à 300 Gbits de données par seconde pour tenter de saturer les réseaux. C’est environ six fois plus qu’une attaque par deni de service “plus classique”, souligne le site du "Financial Times". Ce serait, en fait, la plus importante attaque par déni de service connue.

Mais l’ampleur de ce cyber-déluge de feu provoque le froncement de sourcils de plusieurs experts en cybersécurité. “Je n’ai jamais vu ça et sincèrement j’ai du mal à croire qu’on puisse mobiliser une telle force de frappe”, s’étonne Jean-François Beuze, spécialiste des attaques par déni de service et président de Sifaris, une entreprise française de sécurisation des réseaux d’information. D’autres sur Twitter veulent savoir d’où vient ce chiffre magique de 300 Gbits/sec.

Patrick Gillmore, responsable de l’architecture réseau pour le géant américain du Net Akamai, y croit. “Des responsables de société qui fournissent de la bande passante m’ont confirmé la possibilité d’une telle attaque”, explique-t-il à FRANCE 24. Pour parvenir à cet exploit, les cybercriminels ont, d'après lui, utilisé une technique qui permet d'amplifier le nombre de requêtes envoyés. Ainsi, ils n'auraient pas été obligés d'utiliser des centaines de milliers d'ordinateurs pour générer un tel trafic mais "une quarantaine ou cinquantaine de postes avec une bonne connexion ont pu suffire", souligne Patrick Gillmore.

"Dommages collatéraux"

Au-delà du débat sur la force de frappe, une autre conclusion de CloudFlare et des premiers articles parus sur le sujet étonne encore plus. En fait, l’intégrité de l’Internet n’a jamais été mise à mal par cette attaque par déni de service. Le site américain spécialisé dans les nouvelles technologies Gizmodo a été le premier à soulever le problème : “Pourquoi personne que je connais n’a semblé ressentir de ralentissement de sa connexion internet ?”. L’article met en doute la sincérité des conclusions de CloudFlare et soupçonne une opération de communication.

“Les attaquants ont réussi à s’en prendre à quelques fournisseurs de bande passante, mais c’est loin d’être suffisant pour mettre en péril tout le trafic internet”, affirme Patrick Gillmore. Il souligne qu’Akamai a noté des “dommages collatéraux” en Europe et ailleurs qui se sont essentiellement traduit par quelques lenteurs. “En fait, je ne peux même pas garantir que c’est bien une conséquence directe de l’attaque contre CloudFlare et Spamhaus”, souligne Patrick Gillmore. De son côté, un porte-parole de Cedexis, société franco-américaine qui optimise les temps d'affichage de sites internet, précise à FRANCE 24 que le groupe n'a pas non plus "vu d'impact notable sur la performance de nos clients, ce qui nous fait relativiser l'information selon laquelle l'expérience des utilisateurs de divers pays aurait été impacté".

En outre, les serveurs visés sont capables, pour certains, de supporter sans rompre des attaques de 300 Gbits/sec. “Ce peut être suffisant pour saborder un hébergeur internet classique, mais plusieurs serveurs qui octroient de la bande passante doivent aux heures de pointe gérer plus de 2,5 Tbits/sec de points d'echange de trafic [soit près de dix fois la force de l’attaque, NDLR]”, souligne à Gizmodo un responsable de la société américaine de surveillance du trafic internet Renesys.

Première publication : 28/03/2013

  • INTERNET

    Corée du Nord : cyber-armée fantoche ou menace réelle ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Davfi, l’intraitable antivirus français ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Red October, le réseau de cyber-espionnage "le plus sophistiqué" jamais mis au jour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)