Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

asie

Un attentat endeuille les premières négociations entre Bangkok et les rebelles du Sud

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/03/2013

Trois paramilitaires thaïlandais ont été tués, ce jeudi, quelques heures avant l'ouverture de pourparlers de paix inédits entre le pouvoir central thaïlandais et des représentants des séparatistes musulmans du sud du pays.

C’est dans une atmosphère de violence qu’ont débuté, ce jeudi, les négociations visant à mettre fin au conflit entre le pouvoir central thaïlandais et les séparatistes musulmans du sud du pays. Trois paramilitaires thaïlandais ont été tués lors d’un attentat à la bombe dans la province méridionale de Narathiwat, quelques heures avant l’ouverture des discussions de paix à Kuala Lumpur, en Malaisie voisine.

Ces pourparlers sont les premiers à se tenir au grand jour entre Bangkok et l'une des organisations armées impliquées dans l’insurrection séparatiste, le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire). Le gouvernement thaïlandais a cependant limité ses ambitions à l'obtention d'un moratoire sur les attaques contre les civils. Le BRN ne représenterait, selon lui, qu’une faction parmi d’autres au sein de la rébellion séparatiste.

Plus de 5 500 victimes depuis 2004

"La violence ne vient pas que du BRN, il y a d'autres forces en présence. Nos discussions ne vont peut-être pas mettre un terme aux violences immédiatement, mais elles vont nous permettre de communiquer, et nous verrons qui est responsable des violences", a ainsi déclaré le secrétaire-général du Conseil national de sécurité thaïlandais, Paradorn Pattanatabut.

Le conflit qui déchire le sud de la Thaïlande a fait plus de 5 500 victimes depuis 2004 - de nombreux soldats mais aussi des enseignants et des moines bouddhistes pris pour cible du fait de leur proximité avec le pouvoir central. Les rebelles séparatistes insistent pour leur part sur leur appartenance historique à des sultanats autonomes malais, de confession musulmane, avant l’annexion de la région par la Thaïlande bouddhiste au début du 20e siècle.
 

Première publication : 28/03/2013

  • THAÏLANDE

    Au moins 45 personnes décèdent dans l'incendie d'un camp de réfugiés birmans en Thaïlande

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Triple explosion mortelle dans la ville de Yala

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Le bilan des inondations dépasse les 500 morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)