Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Afrique

Traumatisés par l'insécurité et les pillages, les expatriés français fuient Bangui

©

Vidéo par Sarah SAKHO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/03/2013

Fuyant l’insécurité et traumatisés par les pillages, de nombreux ressortissants français fuient Bangui. Avec la réouverture de l’aéroport jeudi, un premier vol commercial a pu quitter la capitale centrafricaine pour Paris. Reportage.

 

Quatre jours après la prise du pouvoir par la Séléka en Centrafrique, Bangui, la capitale est de nouveau reliée au monde. L'aéroport qui était jusqu'ici fermé et sous sécurité française a rouvert. De nombreux ressortissants français ont pu quitter Bangui par le premier vol commercial jeudi matin, fuyant l’insécurité ambiante et les pillages. Les journalistes de FRANCE 24 sont allés à leur rencontre.

Durant le week-end, la France avait renforcé son dispositif militaire en Centrafrique, déployant quelque 550 soldats pour protéger les 1 250 Français qui vivent dans le pays. Au ministère des Affaires étrangères, la consigne est restée la même : pas d’ordre d’évacuation, mais seulement d’accompagner les Français qui en ont besoin.
 
Et c’est pour faire parvenir ces ressortissants à l’aéroport que les autorités françaises ont dû intervenir. "Notre plus gros souci a été de les évacuer vers l'aéroport, on a dû mobiliser des camions de l'armée et de l'ONU parce qu'il fallait traverser des quartiers tendus", a expliqué à l’AFP une source diplomatique.

Traumatisme des pillages

Depuis dimanche, la plupart des expatriés de Bangui vivaient terrés chez eux ou réfugiés sur certains lieux de regroupement, notamment à l'ambassade française, à l'Institut pasteur de Bangui et dans le quartier des coopérants militaires, aussi appelé "Les 17 villas".

Arrivé à l’aéroport dans le convoi hautement sécurisé, Jean Thirion, un touriste belge, se dit soulagé de partir. "Ça fait un chahut monstre, et ça résonne dans les maisons", dit-il évoquant les affrontements.

"Je me planquais plus ou moins", raconte-t-il. "Il y a eu un peu de pillage, bien sûr. La voiture que j'avais louée est évidemment partie", poursuit le touriste. "Bon, il me reste quand même ma valise", sourit-il résigné.

La tension est à son comble pour ces personnes qui ont vécu, terrorisées, le coup de force de la Séléka. Rares sont ceux qui n’ont pas reçu la visite d’hommes en armes ces derniers jours. Le traumatisme de ces pillages est encore vif. "C’était un cauchemar", raconte au micro de FRANCE 24 une touriste française de Bangui, encore sous le choc. "Ils sont rentrés dans l’hôtel, et ont demandés les clés des 4x4. Ils ont ensuite dit qu’ils reviendraient prendre notre argent. On attendu toute la journée, et finalement ils ne sont pas revenus".

Une résidente de Bangui témoigne, encore sous le coup de l’émotion : "Les Séléka sont rentrés chez moi, armés", raconte-t-elle avec un mélange de crainte et d’indignation. Son avenir dans le pays reste incertain. "Si les choses changent comme il se doit, je reviendrai, dit-elle. Mais si c’est toujours cette situation avec les Séléka, je ne pense pas".

 

Première publication : 29/03/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : Djotodia veut suspendre la Constitution et légiférer par ordonnance

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    L'armée française abat deux ressortissants indiens en Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La Séléka s'est installée au pouvoir avec une facilité déconcertante

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)