Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Le pape François prie pour que l'Orient "redevienne le berceau des civilisations"

© Photo AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2013

Lors des méditations du Chemin de croix au Colisée qu'il a présidées vendredi, le pape François a mis l'accent sur les guerres au Moyen-Orient, sans nommer directement la Syrie.

Le pape François a présidé, vendredi 29 mars, son premier Chemin de croix au Colisée, priant avec les milliers de fidèles pour l'Orient en guerre et contre l'avortement et l'euthanasie.

Au lendemain d'une cérémonie inédite du Jeudi Saint dans une prison pour mineurs de Rome, où il avait lavé les pieds de deux musulmans et de deux femmes, le pape âgé 76 ans, portant un long manteau blanc, a suivi avec concentration dans la nuit les méditations du Chemin de croix et ses 14 stations.

Des séminaristes chinois, des familles italiennes, des religieuses du Liban et du Nigeria, des jeunes du Brésil - où se dérouleront les prochaines Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), fin juillet, en présence du pape François -  ont porté la croix sur le parcours autour du Colisée.

Accent sur le Moyen-Orient

Les méditations ont mis l'accent sur les guerres au Moyen-Orient, sans citer nommément le conflit syrien : "Que le sang des victimes innocentes soit la semence d'un Orient plus fraternel" qui redevienne "berceau des civilisations".

Leur rédaction avait été confiée à deux jeunes Libanais par le cardinal maronite Bechara Boutros Raï, selon le souhait du pape Benoît XVI. Un chant des chrétiens maronites en arabe accompagnait la cérémonie.

François a rappelé le voyage de son prédécesseur au Liban en septembre, rendant hommage aux musulmans : "nous avons vu alors la beauté et la force de la communion des chrétiens de cette terre et de l'amitié de tant de nos frères musulmans et de beaucoup d'autres".

Les textes des deux jeunes Libanais ont plaidé en faveur des "Églises orientales - en proie à diverses difficultés", parfois même à "la persécution".

Avortement, euthanasie... "Menaces dans les pays occidentaux"

Les méditations ont aussi porté sur les menaces dans les pays occidentaux, que selon l'Eglise, constituent : l'avortement, l'euthanasie, les manipulations génétiques : "prions pour tous ceux qui promeuvent l'avortement. Pensons aussi aux défenseurs de l'euthanasie et à ceux qui encouragent des techniques et des procédés qui mettent en danger la vie humaine".

Elles ont renvoyé dos à dos "fondamentalisme violent" et "laïcisme aveugle qui étouffe les valeurs de la foi et de la morale au nom d'une supposée défense de l'homme".

Le pape François a clos de quelques mots simples cette cérémonie qui s'est déroulée dans un profond recueillement : "En cette nuit une seule parole doit demeurer, c'est la Croix elle-même. La Croix de Jésus est la Parole par laquelle Dieu a répondu au mal du monde".

Parfois, a relevé le pape jésuite, "il nous semble que Dieu ne répond pas au mal, qu'il demeure silencieux". "En réalité, Sa réponse est la Croix du Christ : une Parole qui est amour, miséricorde, pardon". "Les chrétiens doivent répondre au mal par le bien", a-t-il recommandé.

Le marathon pascal devrait se poursuivre samedi et dimanche. La passion du Christ a été célébrée un peu partout dans le monde, notamment aux Philippines où des catholiques ont été provisoirement cloués sur des croix ou se sont flagellés, formes de dévotion réprouvées par l'Église du pays.

À Jérusalem, des dizaines de milliers de pèlerins ont parcouru la Vieille ville sous la surveillance de la police israélienne, en parcourant la célèbre Via Dolorosa.

Avec dépêches

Première publication : 30/03/2013

  • VATICAN

    Le pape François imprime son style pour sa première Semaine sainte

    En savoir plus

  • RELIGION

    Messe inaugurale : le pape François prône "l'humilité" et la "tendresse"

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Monseigneur Bergoglio et les années de plomb

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)