Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang se déclare en "état de guerre" contre Séoul

© Photo AFP

Vidéo par Nabia MAKHLOUFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/03/2013

La Corée du Nord s'est déclaré "en état de guerre" contre son voisin du Sud. Séoul affirme ne pas prendre au sérieux cette nouvelle menace. Depuis le début de mars, les annonces belliqueuses de Pyongyang sont quotidiennes.

Une fois de plus, le ton est monté. La Corée du Nord a annoncé, samedi, entrer "en état de guerre" contre la Corée du Sud, après avoir placé la veille certains de ses sites militaires en état d'alerte, et multiplié les déclarations belliqueuses contre Washington et Séoul.

"À partir de maintenant, les relations Nord-Sud vont entrer en état de guerre et toutes les questions qui se posent entre le Nord et le Sud seront réglées en conséquence", a déclaré Pyongyang dans un communiqué publié par l'agence officielle KCNA et provenant du gouvernement nord-coréen, du Parti des travailleurs de Corée au pouvoir et d'autres organisations.

La Corée du Nord a également indiqué qu'elle répondrait "sans pitié" à toute action du Sud susceptible de nuire à sa souveraineté, indiquant par là qu'elle n'était pas sur le point de mener une attaque préventive.

Un responsable du ministère de la Défense sud-coréen a néanmoins assuré qu'aucun signe d'activité anormale pouvant laisser croire que l'armée nord-coréenne se préparait à une attaque n'avait été détecté.

Séoul garde son calme

"La Corée du Sud ne montre aucun signe d'inquiétude"

Le gouvernement sud-coréen s'est de son côté refusé à prendre au sérieux la nouvelle menace de Pyongyang, faisant valoir que rien de nouveau ne permettait de s'inquiéter plus que de coutume.

Le ministère de l'Unification, chargé des relations politiques avec la Corée du Nord, a déclaré que l'activité se poursuivait normalement dans la zone industrielle spéciale nord-coréenne de Kaesong, qui emploie des salariés Sud-Coréens. "La déclaration de la Corée du Nord aujourd'hui n'est pas une nouvelle menace, mais la poursuite de ses menaces provocatrices", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le ministère de la Défense a pour sa part appelé Pyongyang à stopper ses menaces, renouvelant sa position selon laquelle les exercices militaires annuels menés avec les forces américaines jusqu'à fin avril sont de nature purement défensive.

Washington prend la menace au sérieux

De son côté, La Maison Blanche a indiqué qu'elle prenait "au sérieux" l'annonce de la Corée du Nord, tout en notant que les menaces de Pyongyang n'étaient pas inhabituelles. "Nous avons vu les informations sur un nouveau communiqué non constructif de la Corée du Nord. Nous prenons ces menaces au sérieux et restons en relations étroites avec notre allié sud-coréen", a déclaré Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil national de sécurité.

"Nous voudrions aussi noter que la Corée du Nord a une longue histoire de rhétorique belliqueuse et de menaces et que l'annonce d'aujourd'hui est conforme à un schéma familier", a-t-elle nuancé, ajoutant que les États-Unis étaient parfaitement capables de se protéger et de protéger leurs alliés en Asie.

"Nous continuons à prendre des mesures additionnelles contre la menace nord-coréenne, dont fait partie notre plan pour augmenter le nombre des avions d'interception basés sur le sol américain ainsi que les radars d'avertissement et de dépistage", a-t-elle dit.

Un peu avant, le porte-parole adjoint à la Maison Blanche, Josh Earnest, avait déclaré à des journalistes : "Nous nous coordonnons de manière très proche non seulement avec nos alliés, mais aussi avec la Russie et la Chine qui sont aussi très désireuses de trouver une solution pacifique à la situation".

Des menaces depuis le mois de mars

Depuis le début du mois de mars, le régime nord-coréen multiplie presque quotidiennement les menaces d'attaque contre Séoul et Washington, s'estimant menacé par les manœuvres militaires conjointes de ces deux pays, entamées au début du mois et prévues jusqu'à fin avril.

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un a ordonné, jeudi soir, que les unités de fusées de l'armée soient placées en état d'alerte, prêtes à viser les bases américaines en Corée du Sud et dans le Pacifique. L'état d'alerte a été officiellement proclamé lors d'une réunion d'urgence convoquée à minuit, et fait suite au survol du territoire sud-coréen lors d'un exercice par deux bombardiers furtifs de l'US Air Force, un geste de mise en garde de Washington.

Mardi, l'armée nord-coréenne avait également menacé directement les États-Unis, annonçant préparer ses missiles et son artillerie à frapper des cibles militaires sur le territoire américain.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 30/03/2013

  • CORÉE DU NORD

    Moscou s'inquiète des bruits de bottes dans la péninsule coréenne

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang se met en ordre de bataille

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    En état d’alerte, la Corée du Nord menace d’attaquer les États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)