Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Mobile World Congress 2015 : on refait le match

En savoir plus

REPORTERS

Le Tchad en guerre contre Boko Haram

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Calogero : un chanteur plus musicien que rockstar

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le secret de la haute couture

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : Mario Draghi voit la vie en rose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'"apartheid" de Manuel Valls : un grand mot et des petits remèdes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emailgate" : "Hillary est sa pire ennemie"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

DÉBAT

La Libye dans le chaos : l'avenir du pays se joue-t-il au Maroc ?

En savoir plus

Afrique

Nouvel attentat-suicide à Tombouctou

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2013

Tandis que l'explosion d'une mine au Nord-Mali près de Gao a tué deux militaires maliens samedi, à Tombouctou, un deuxième attentat-suicide en 10 jours a blessé un soldat malien et tué le kamikaze sur le coup.

Un jihadiste kamikaze s'est tué samedi en actionnant sa ceinture d'explosifs après avoir tenté en vain de forcer un barrage militaire à une des entrées de Tombouctou (nord-ouest du Mali), blessant un soldat malien, a affirmé à l'AFP une source militaire malienne.

Explosion meurtrière d'une mine dans la région de Gao au Nord-Mali

Deux soldats maliens ont été tués samedi par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule dans la région de Gao (nord du Mali), a annoncé à l'AFP un officier de l'armée malienne.

"Un véhicule de l'armée malienne a sauté samedi sur une mine posé par les islamistes entre Ansongo et Ménaka. Deux soldats maliens ont été tués sur le coup", a déclaré cette source, sans plus de précisions, notamment sur le nombre de passagers du véhicule et d'éventuels blessés.

La ville d'Ansongo est à 90 km au sud-est de Gao, et celle de Ménaka, plus à l'est, à environ 270 km de Gao.

L'explosion et le bilan a été confirmée par le ministère malien de la Défense dans un communiqué publié samedi soir.

"C'est un kamikaze jihadiste qui a actionné sa ceinture d'explosifs après avoir tenté sans succès de forcer le barrage de l'entrée ouest de Tombouctou tenu par les militaires maliens", a déclaré cette source, un officier joint depuis Bamako.

Selon l'officier, le kamikaze s'est tué "sur le coup" et "un militaire malien a été blessé". Il n'a pas donné plus de détails dans l'immédiat, notamment si le kamikaze était à moto ou en voiture. "C'est un jihadiste, c'est tout ce que je peux dire pour le moment. Il a raté son coup", a-t-il conclu.

Plusieurs habitants de Tombouctou également joints par l'AFP ont affirmé avoir entendu samedi dans la nuit une forte détonation suivie de tirs nourris vers l'entrée ouest de Tombouctou.

"Tout le monde est caché à la maison. [...] Aucun civil n'est dehors, nous avons peur", a notamment dit un des habitants.

C'est le deuxième attentat suicide en moins de dix jours dans cette ville historique à plus de 900 km de Bamako.

Le 21 mars, une tentative d'incursion d'islamistes à Tombouctou avait commencé par l'explosion d'une voiture piégée, avec un kamikaze à son bord, vers l'aéroport de la cité. Un militaire malien avait été tué, et au moins deux autres blessés, selon une source militaire malienne.

"Une dizaine" de combattants d'un commando islamiste avaient été tués par "les forces françaises et maliennes" lors de cette tentative d'intrusion, selon l'état-major de l'armée française. En outre, plusieurs soldats maliens avaient été blessés dans les combats par un tir ami de l'armée française.

Le 22 mars, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le nord du Mali en 2012, avait revendiqué cet attentat à Tombouctou, et avait assuré avoir "ouvert un autre foyer de conflit" dans cette ville.

Comme les autres grands centres du nord du Mali, Tombouctou a été libérée fin janvier par des troupes françaises et maliennes des groupes islamistes armés, dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui contrôlaient la région depuis 2012, y commettant exactions et destructions de mausolées.

Depuis lors et jusqu'au 21 mars, la situation avait été calme à Tombouctou, contrairement à la région de Gao (nord-est), qui a connu des attentats suicides et de violents combats notamment entre militaires et combattants islamistes infiltrés dans Gao-ville.

Mais c'est dans le massif des Ifoghas (région de Kidal, extrême nord-est) que se concentrent depuis plusieurs semaines les opérations, conduites dans cette zone par des soldats français et tchadiens contre les jihadistes qui s'y sont retranchés.

AFP

Première publication : 31/03/2013

  • MALI

    Au Mali, de nouvelles exactions font craindre des violences communautaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : "La France a atteint ses objectifs au Mali"

    En savoir plus

  • MALI

    Les habitants de Gao désenchantés par la politique malienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)