Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : le médecin américain soigné avec le sérum ZMapp est guéri

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

FRANCE

La pilule devient gratuite pour les 15-18 ans

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/04/2013

Les jeunes filles entre 15 et 18 ans peuvent désormais se procurer gratuitement des pilules contraceptives dans les pharmacies en France. Jusqu'alors, seuls les plannings familiaux délivraient le contraceptif gratuitement aux mineures.

La pilule contraceptive devient gratuite à partir de ce dimanche pour les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans, qui pourront l'obtenir auprès des pharmacies sur ordonnance et en présentant la carte vitale de leurs parents, selon le ministère de la Santé.

Cette mesure, appliquée aux pilules de première et deuxième génération et promise par la ministre de la Santé Marisol Touraine, vise à faciliter l'accès à la contraception aux mineures et à réduire le nombre d'interruptions volontaires de grossesses (IVG), environ 12.000 par an.

Elle était inscrite dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) voté à l'automne 2012.

Elle s'applique également aux stérilets ou aux implants contraceptifs, selon le ministère.

Jusqu'à présent, la pilule, principale méthode de contraception en France, était remboursée à 65%. Elle pouvait également être délivrée gratuitement et de façon anonyme aux mineures, mais uniquement dans les centres de plannings familiaux, trop peu nombreux et réservés souvent aux zones moyennes et aux villes.

Les jeunes filles âgées de 15 à 18 ans pourront désormais se la procurer gratuitement dans les pharmacies.

Mais cela à deux conditions: elles devront d'abord se rendre chez un généraliste qui la leur prescrira sur ordonnance, au vu d'examens sanguins, si ce moyen de contraception est adapté.

Elles devront ensuite présenter cette ordonnance au pharmacien ainsi que la carte vitale de leurs parents ou une attestation d'affiliation à un régime de sécurité sociale.

"Anonymat"

En théorie, elles pourront conserver l'anonymat si elles le souhaitent en l'indiquant à leur pharmacien. "Un +dispositif anonymat+ est prévu à cet effet avec la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) qui ne fera pas apparaître de décompte sur le relevé" habituel des remboursements, selon le ministère.

Le ministère souligne, en outre, que la prescription d'un généraliste pourra être demandée "à l'occasion d'une simple visite de contrôle ou de tout autre rendez-vous chez un médecin traitant".

Ce dispositif risque toutefois d'être dissuasif, a mis en garde Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial, interrogée par Europe 1. "Forcément, cela va introduire un questionnement des parents sur la raison pour laquelle leur fille s'est rendue chez le médecin. En face, soit la jeune fille finit par avouer que c'est pour une contraception, soit elle rentre dans une logique de mensonge. Pour celles qui veulent l'anonymat, la seule solution qui reste est celle qui existe déjà, à savoir se rendre dans un centre de planning familial", s'est-elle inquiétée.

Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait annoncé qu'il souhaitait mettre en place un "forfait contraception" pour les mineures, leur garantissant "la gratuité, l'accès à un médecin dans l'anonymat et à une contraception de haut niveau".

En 2011, le remboursement à 65% de contraceptifs aux mineures a coûté 6 millions d'euros. La prise en charge à 100% devrait entraîner un coût additionnel de 5 millions d'euros, selon l'estimation du gouvernement.

Selon une récente enquête Fecond Inserm-Ined, la pilule reste la principale méthode de contraception en France, mais son usage a légèrement diminué depuis les années 2000. Chez les jeunes de 18-19 ans, la baisse (-4,4%) s'accompagne d'un recours plus fréquent au préservatif et aux nouvelles méthodes hormonales (implant, patch contraceptif et anneau vaginal).

AFP

Première publication : 01/04/2013

  • FRANCE

    L'agence du médicament va suspendre la vente de la pilule Diane 35

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Pilules de 3e et 4e génération : l'affaire prend de l’ampleur

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Il faut arrêter ce discours alarmant sur les pilules de 3e génération"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)