Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

Afrique

Un conseiller du Premier ministre enlevé dans la banlieue de Tripoli

Ali Zeidan, Premier ministre libyen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/04/2013

Un conseiller du Premier ministre Ali Zeidan a été enlevé dimanche soir par des inconnus alors qu'il était en route pour Tripoli, selon une source au sein du cabinet. Sa voiture a été trouvée dans la banlieue est de la capitale libyenne.

Un conseiller du Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a été "enlevé" dimanche soir par des inconnus dans la banlieue de Tripoli, a indiqué lundi à l'AFP une source du cabinet.

"Le conseiller et directeur de bureau du chef du gouvernement a été enlevé dimanche soir alors qu'il était en route pour Tripoli. Sa voiture a été trouvée à Tajoura (banlieue-est de Tripoli)", a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat.

Mohamed Ali al-Gattous qui venait de Misrata (à 214 km à l'est de Tripoli) "a été sans doute enlevé à un point de contrôle fictif", a ajouté la même source, précisant qu'une enquête était en cours pour retrouver le responsable libyen.

Dimanche, le Premier ministre Ali Zeidan, a expliqué que son cabinet travaillait "dans des conditions très difficiles", faisant état de "menaces de mort" contre les membres de son gouvernement.

Face à une insécurité croissante, les nouvelles autorités libyennes ont promis la fermeté contre des milices qui font la loi dans le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

La tension monte depuis quelques semaines entre le gouvernement et les milices armées à Tripoli après le lancement d'une campagne visant à déloger des groupes armés qui occupent plus de 500 propriétés publiques et privées à Tripoli.

Ainsi, le ministère de la Justice a été pris d'assaut dimanche par un groupe armé qui contrôlait une prison à Tripoli.

Selon le ministre de la Justice, Salah Marghani, cette attaque est intervenue après que le groupe a été sommé de remettre le contrôle de cette prison aux autorités compétentes.

AFP

Première publication : 01/04/2013

  • LIBYE

    Reportage : en Libye, la breakdance à l'épreuve d'une société conservatrice

    En savoir plus

  • LIBYE

    En Libye, l'alcool frelaté continue de faire des ravages

    En savoir plus

  • LIBYE - REPORTAGE

    Des milices de quartier s'organisent pour protéger les habitants de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)