Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Accord de sécurité Afghanistan - États-Unis : Obama salue un jour "historique"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les musulmans de France sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

FRANCE

Les frères Guérini en garde à vue pour des pratiques financières "mafieuses"

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2013

Le président PS du Conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini, et son frère Alexandre étaient entendus par les gendarmes, mardi, sous le régime de la garde à vue, pour des soupçons de trucage "mafieux" de marchés publics locaux.

Le sénateur PS des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini était mardi matin, ainsi que son frère Alexandre, dans les locaux de la section de recherches de la gendarmerie de Marseille, pour y être entendu en garde à vue dans un dossier "à caractère mafieux" touchant à des marchés publics dans le département.

Le président du conseil général est arrivé peu avant 09H00 à la caserne Beauvau dans une voiture de fonction escortée par un véhicule de la gendarmerie. Il a été rejoint une heure plus tard par un de ses avocats, Me Dominique Mattei.

L'élu, dont le juge d'instruction marseillais Charles Duchaine avait obtenu en décembre une nouvelle levée de son immunité parlementaire, devait être entendu par les enquêteurs à la mi-janvier, mais il avait été hospitalisé pour une péritonite.

Selon une source judiciaire, son frère, Alexandre Guérini, était entendu au même moment mardi, dans les locaux de la SR. Tous les deux sont déjà mis en examen dans un autre dossier du juge Duchaine, relatif à des décharges exploitées dans les Bouches-du-Rhône par Alexandre Guérini.

L'affaire pour laquelle le sénateur doit à nouveau être entendu, porte sur des malversations financières de grande ampleur touchant à des marchés publics remportés dans des conditions suspectes auprès de collectivités de Haute-Corse et des Bouches-du-Rhône. Il implique des membres présumés du grand banditisme dont Bernard Barresi, arrêté en 2010 après 18 ans de cavale et mis en examen en décembre.

Dans sa demande de levée d'immunité, le juge Duchaine avait évoqué un dossier "à caractère mafieux", dont la gravité et la complexité nécessitaient le placement en garde à vue de M. Guérini. Le magistrat avait précisé qu'il n'envisageait aucune mesure de détention ou de contrôle judiciaire à l'issue d'une éventuelle nouvelle mise en examen.

Plus d'une vingtaine de personnes - entrepreneurs, hommes de paille, élus, fonctionnaires - sont déjà mises en examen dans ce dossier tentaculaire dont les prémices remontent à 2005.

Le fisc s'intéresse alors à deux gérants de sociétés du Sud-Est, Patrick Boudemaghe et Damien Amoretti, qui roulent tous deux en Maserati. Il suspecte des fausses facturations autour de leur entreprise de maçonnerie à Gardanne (Bouches-du-Rhône), ABT, et de leur agence de location de véhicules et d'engins de chantier à Vallauris (Alpes-Maritimes), Riviera International.

Le parquet d'Aix-en-Provence est saisi en 2008 et la police judiciaire commence à enquêter, sans remonter jusqu'aux Guérini. La justice marseillaise et les gendarmes, alertés par un courrier anonyme qui met en cause les deux frères en février 2009, récupèrent le dossier huit mois plus tard.

Autour de Boudemaghe, arrêté en Espagne fin 2010, les enquêteurs repèrent alors une nébuleuse de sociétés - dont les ramifications mènent au Luxembourg et à Panama - soupçonnées d'avoir détourné et blanchi des millions d'euros issus de marchés publics.

Pour la justice, Boudemaghe n'agit pas pour son propre compte, mais appartient à un "groupement permanent" d'intérêts aux côtés d'Alexandre Guérini et de Bernard Barresi, "malfaiteur notoire" reconverti, sous des faux noms, dans le BTP et l'immobilier, sa compagne oeuvrant dans le domaine de la sécurité, notamment pour le compte du département.

Le frère du sénateur servait de "trait d'union entre le milieu et la bonne société, entre le monde économique et la sphère politique", avançait le juge dans sa demande de levée d'immunité parlementaire. Selon le magistrat, par son entrisme au conseil général, que son frère ne pouvait ignorer, Alexandre aurait obtenu que les entreprises de ses partenaires, en premier lieu ABT, soient favorisées dans certains marchés ou pour des chantiers de bâtiments publics (maisons de retraite, collèges, casernes de pompiers, etc.).

Dans ce "système", quel était le rôle de Jean-Noël Guérini ? "Plus difficile à cerner et surtout à critiquer", de l'avis du magistrat, il aurait assuré de façon "systématique" le succès des entreprises de son frère et de ses amis "par ses interventions influentes, ses actions ou ses abstentions", dénoncées aux enquêteurs par d'anciens collaborateurs. Un "appui" sur lequel le groupement Guérini-Boudemaghe-Barresi "spéculait évidemment", concluait le juge dans sa demande de levée d'immunité.
 

AFP

Première publication : 02/04/2013

  • FRANCE

    Guerre des dames à Paris : Hidalgo veut traîner NKM devant la justice

    En savoir plus

  • FRANCE

    Législative partielle dans l'Oise : le PS éliminé, second tour entre l'UMP et le FN

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy évoque son éventuel retour dans l'arène politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)