Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Economie

Le taux de chômage dans la zone euro atteint un niveau record

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2013

Le taux de chômage dans la zone euro a atteint un niveau record en février. Le nombre de chômeurs dépasse les 19 millions de personnes soit 12% de la population. C'est le 22e mois consécutif de hausse du chômage dans l'Union monétaire.

Le chômage a atteint un record absolu dans la zone euro en février, avec plus de 19 millions de personnes touchées et un taux à 12,0%, et tout indique que ce record sera à nouveau battu au cours de l'année, tant la situation économique est dégradée dans l'Union monétaire.

Le taux de chômage apparaît inchangé par rapport à janvier, où il a été révisé à 12,0% contre 11,9% précédemment. Mais 33.000 personnes supplémentaires sont venues grossir les rangs des demandeurs d'emploi dans la zone euro en février. Au total, 19,071 millions de personnes étaient au chômage dans les 17 pays de l'Union monétaire.

Il s'agit "de la 22e hausse mensuelle consécutive" du nombre de chômeurs, souligne Martin Van Vliet, analyste de la banque ING.

Le commissaire européen chargé des Affaires sociales, Laszlo Andor, a réagi dans un communiqué en déplorant un niveau de chômage "inacceptable" et "une tragédie pour l'Europe", utilisant exactement les mêmes termes que le mois précédent.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage était de 10,9% en février, en hausse par rapport à janvier (10,8%). Cela correspond à 76.000 chômeurs de plus, soit 26,338 millions de personnes.

La progression du chômage est spectaculaire dans les deux zones par rapport à février 2012: le taux de chômage était alors de 10,9% dans la zone euro et de 10,2% dans l'ensemble de l'UE. Concrètement, cela se traduit, en un an, par 1,775 million de chômeurs supplémentaires dans la zone euro, et 1,805 million de plus dans l'ensemble de l'UE.

Hausse française "inquiétante"

La Grèce enregistre toujours le plus fort taux de chômage de la zone euro, à 26,4% (selon les dernières données datant de décembre), mais l'Espagne est en voie de la rattraper, avec 26,3%. Un niveau qui contraste de manière spectaculaire avec les chiffres observés à l'autre bout du spectre, en Autriche (4,8%), en Allemagne (5,4%) et au Luxembourg (5,5%).

En France, la hausse observée en février avec un taux à 10,8% contre 10,7% en janvier, "semble très inquiétante au milieu d'autres signes montrant une grande faiblesse de l'économie", note Jennifer McKeown, de Capital Economics.

Sur un an, les plus fortes hausses du taux de chômage ont été enregistrées en Grèce (de 21,4% à 26,4% entre décembre 2011 et décembre 2012) et à Chypre (de 10,2% à 14,0%), suivis par un autre pays sous programme d'aide internationale, le Portugal. Dans ce pays, le chômage est passé de 14,8% à 17,5% en un an.

Et le chômage des jeunes de moins de 25 ans, à 23,9% dans la zone euro, continue d'atteindre des sommets en Grèce (58,4% en décembre 2012) et en Espagne (55,7%).

Certes, quelques signes peuvent être considérés comme réconfortants. Ainsi, "les 33.000 chômeurs de plus enregistrés en février constituent la plus faible augmentation depuis que le chômage est reparti à la hausse en avril 2011", et ce chiffre n'est pas comparable avec la hausse de plus de 200.000 chômeurs enregistrée en janvier, relève Howard Archer, de IHS Global Insight.

Et mardi, les chiffres publiés pour le mois de mars en Espagne, en Italie et en Autriche font état d'un léger recul du nombre de chômeurs.

Mais les signes incitant au pessimisme semblent l'emporter. "Avec des restrictions budgétaires qui pèsent sur le revenu disponible et sur la confiance des consommateurs et les poussent à des niveaux très bas, les dépenses des ménages risquent de continuer de baisser ces prochains mois", souligne Jennifer McKeown, qui voit le PIB de la zone euro tomber "bien en-dessous de la prévision consensuelle de -0,3% cette année".

L'indice manufacturier publié mardi par la société Markit, va dans le même sens puisqu'il révèle une nouvelle contraction de l'activité dans ce secteur.

Dans ce contexte, "la fin des difficultés du marché de l'emploi dans la zone euro n'est pas encore en vue", estime Martin Van Vliet, pour qui "le mieux qu'on puisse espérer est probablement que le chômage cesse de progresser cette année".

Mais Howard Archer, tout en notant que la situation restera contrastée selon les pays, juge qu'il y a "une forte probabilité que le chômage dans la zone euro continue d'augmenter dans les prochains mois". Selon lui "il pourrait très bien approcher 12,5% à la fin de l'année ou début 2014".
 

AFP

Première publication : 02/04/2013

  • FRANCE

    Hausse du chômage en France pour le 22e mois consécutif

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Le difficile équilibre entre austérité et croissance au menu du sommet européen

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Zone euro : le chômage atteint un taux record de 11,9 % en janvier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)