Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

MODE

Grand prix du livre de mode 2014

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang va redémarrer un réacteur nucléaire arrêté depuis 2007

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2013

La Corée du Nord a annoncé, ce mardi, qu’elle allait redémarrer toutes les installations de son complexe nucléaire de Yongbyon, à l'arrêt depuis 2007, afin de renforcer son arsenal atomique et de répondre à des pénuries d’électricité.

Pour Washington, Pyongyang "viole ses obligations internationales"

La Maison Blanche a appelé Pékin et Moscou à agir, estimant que l'annonce de la Corée du Nord de redémarrer un réacteur nucléaire était une "indication de plus" que Pyongyang "viole ses obligations internationales".

"Il n'est un mystère pour personne que la Chine a une influence sur la Corée du Nord", a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, lors de son point de presse quotidien. "Nous avons par le passé, et nous le faisons encore aujourd'hui, pressé la Chine d'utiliser cette influence pour essayer d'agir sur le comportement de la Corée du Nord", a-t-il précisé, ajoutant : "Cela vaut également [dans nos discussions] avec les Russes."

Pékin a déjà exprimé ses regrets, appelant au calme la péninsule coréenne. (avec AFP)
 

La Corée du Nord a annoncé mardi son intention de redémarrer un réacteur nucléaire arrêté en 2007 et laissé entendre qu'elle pourrait reprendre l'enrichissement d'uranium à des fins militaires, dans un contexte extrêmement tendu avec la Corée du Sud et les Etats-Unis.

La Corée du Nord a précisé qu'elle "réaménageait et redémarrait" toutes les installations de son complexe nucléaire de Yongbyon dont un site d'enrichissement d'uranium et un réacteur de cinq mégawatts.

Ce réacteur était la seule source de plutonium pour le programme nucléaire militaire du Nord, qui en disposerait encore suffisamment pour produire entre quatre et huit bombes.

Cette décision est conforme à la volonté de Pyongyang de "renforcer (son) arsenal nucléaire à la fois en qualité et en quantité" et nécessaire à la résolution de "graves" pénuries d'électricité, selon un porte-parole du programme d'énergie nucléaire nord-coréen cité par l'agence de presse officielle du régime communiste KCNA.

Puissance nucléaire militaire depuis son premier essai en 2006, la Corée du Nord avait accepté en 2007 d'interrompre ses activités atomiques en échange d'une aide économique et de garanties de sécurité.

Le processus semblait bien engagé depuis la désactivation de Yongbyon en juillet 2007 et la démolition de sa tour de refroidissement en juin 2008.

Mais Pyongyang a toujours refusé les inspections de ses installations et s'était retiré en décembre 2008 des négociations à Six sur son programme nucléaire associant la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la Russie et les deux Corées.

Ban Ki-moon : "Les menaces nucléaires ne sont pas un jeu"
En 2010, le régime avait dévoilé à des scientifiques américains qu'il travaillait sur la construction d'un réacteur nucléaire, officiellement pour une utilisation civile, avec de l'uranium enrichi.

La Corée du Nord a testé trois bombes nucléaires depuis 2006, s'attirant chaque fois les foudres de la communauté internationale. Elle avait laissé entendre en février 2012 qu'elle comptait suspendre ses programmes nucléaire et de tests de missiles après un accord passé avec les Etats-Unis sur des aides alimentaires.

Mais cet accord a rapidement pris fin après un tir raté de fusée le 13 avril, qui était selon les experts un tir de missile balistique déguisé.

AFP

Première publication : 02/04/2013

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Entre provocations et menaces, les Corées continuent leur surenchère

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Washington déploie des avions de chasse en Corée du Sud

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Moscou s'inquiète des bruits de bottes dans la péninsule coréenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)