Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Le ministre chypriote des Finances démissionne

© Photo AFP

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2013

Le ministre des Finances, Michalis Sarris, a annoncé sa démission après avoir conclu avec les créanciers internationaux les négociations sur le plan d'aide qui impose de lourdes taxes sur les dépôts bancaires chypriotes.

Le ministre chypriote des Finances, Michalis Sarris, a annoncé mardi 2 avril sa démission, juste après avoir conclu les négociations sur le plan d'aide de 10 milliards d'euros des créanciers internationaux de Chypre, qui impose une lourde contribution des dépôts bancaires au sauvetage du pays.

Michalis Sarris : "La meilleure chose à faire était de remettre ma démission au président"

Michalis Sarris a indiqué à des journalistes avoir décidé de quitter son poste car l'enquête lancée pour déterminer les causes de la crise bancaire doit se pencher sur la période pendant laquelle il dirigeait Laïki, la deuxième banque du pays, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage économique de l'île. Il avait été nommé à la tête de la Laïki début 2012, avant de démissionner en août 2012, sur demande du gouverneur de la Banque centrale. 

Sa démission a été acceptée par le président Nicos Anastasiades. Celui-ci a remercié Michalis Sarris pour sa participation au gouvernement, mis en place il y a à peine plus d'un mois, soulignant que "la décision de M. Sarris de donner sa démission [...] pour faciliter le travail de la commission d'enquête constitue un phénomène culturel nouveau dans la vie politique chypriote".

Il a aussitôt été remplacé par Harris Georgiades, qui occupait jusqu'ici le poste de ministre du Travail et de vice-ministre des Finances. Harris Georgiades sera investi mercredi 3 avril.

Soupçons sur des proches du président chypriote

Le président Anastasiades a appelé les trois juges formant la commission d'enquête qui doit se prononcer sur les causes de la crise bancaire. Il leur a demandé de se pencher "en priorité" sur sa propre personne et sur sa famille. Les juges disposent de trois mois pour rendre leurs conclusions. 

Les médias chypriotes bruissent ces derniers jours de rumeurs sur des transferts financiers effectués par des proches de Nicos Anastasiades, de son prédécesseur communiste Demetris Christofias, et d'autres personnalités politiques. 

Outre des accusations de transferts douteux, la commission doit aussi enquêter sur une liste de personnalités politiques et leurs proches qui auraient bénéficié d'effacements de dettes ces cinq dernières années auprès de banques chypriotes.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 02/04/2013

  • ZONE EURO

    À Chypre, les banques rouvrent dans le calme

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Craignant un "bank run", Chypre cherche à contrôler les flux de capitaux

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Chypre : les petits épargnants épargnés... mais pas sauvés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)