Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

Moyen-orient

Mars, mois le plus sanglant depuis le début de la révolte en Syrie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2013

Avec plus de 6 000 morts, selon un macabre décompte de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, le mois de mars qui vient de s'achever a été le plus sanglant depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad.

Plus de 6.000 personnes ont été tuées en mars dans les violences en Syrie, le mois le plus meurtrier depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad il y a de deux ans, a affirmé lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Au moins 6.005 personnes ont péri en mars. Parmi elles, 2.080 sont des civils, dont 298 enfants de moins de 16 ans et 291 femmes", a indiqué à l'AFP le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon lui, au moins 2.074 des personnes tuées sont des rebelles --dont 86 étaient des soldats ayant déserté puis rejoint les rangs des insurgés--, et 1.464 sont des membres des troupes gouvernementales.

Parmi les rebelles tués figurent 588 personnes dont les identités n'ont pu être vérifiées par l'OSDH, dont "un grand nombre de combattants non-syriens".

L'OSDH a également fait état de la mort de 387 personnes dont les identités étaient impossible à vérifier.

Selon un bilan donné en février par l'ONU, plus de 70.000 personnes ont été tuées depuis le début de la révolte en mars 2011.

L'OSDH fait état de son côté lundi de 62.594 morts, dont 30.782 civils, 15.283 soldats de l'armée régulière et 14.302 rebelles.

Cette ONG basée en Grande-Bretagne s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins dans les hôpitaux civils et militaires à travers la Syrie et affirme que l'identité des morts qu'elle rapporte est sérieusement documentée.

Les bilans de l'OSDH ne comprennent pas les milliers de personnes disparues en détention, ni la plupart des morts parmi les "chabbihas" (miliciens pro-régime).

AFP


 

Première publication : 02/04/2013

  • SYRIE

    Un ex-marine poursuivi pour avoir combattu avec les djihadistes d'al-Nosra

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nouvel échec de l'ONU à réglementer le commerce des armes

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Polémique autour de l'expulsion de Syriens réfugiés en Turquie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)