Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Economie

Pékin obtient des excuses publiques du patron d'Apple

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/04/2013

Tim Cook, le PDG d'Apple, s'est fendu d'une lettre d'excuses publiques à destination des clients chinois de ses iPhone. La marque à la pomme était accusée de ne pas traiter les Chinois avec les mêmes égards que ses autres clients.

Tim Cook, le patron d'Apple, s'est excusé lundi auprès de ses clients chinois après avoir été accusé de leur proposer des conditions de services après-vente moins avantageuses que celles qu'il pratique ailleurs dans le monde. Un rare mea culpa pour le géant américain, plus habitué à vanter le fort niveau de satisfaction de ses clients.

Mais après plus de deux semaines de vives critiques des médias officiels chinois, le créateur des iPhone a finalement décidé de faire amende honorable. "Le manque de communication externe a conduit le monde extérieur à penser qu'Apple était arrogant et ne tenait pas compte des remarques des consommateurs", a écrit Tim Cook dans une lettre ouverte publiée sur le site chinois d'Apple.

"C'est un geste louable", s'est contenté de commenter, mardi, Hong Lei, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Négociations cruciales avec China Mobile

C'est la CCTV - le réseau public chinois de télévisions - qui a dégainé le premier, le 15 mars, en diffusant un reportage à charge contre Apple. L'entreprise s'y voit accusée d'offrir à ses clients chinois un contrat de garantie pour les iPhone moins long qu'ailleurs et des modalités de remplacement des pièces défectueuses des célèbres smartphones moins intéressantes que dans les autres pays.

Une campagne de dénigrement de la marque à la pomme avait ensuite eu lieu sur Weibo, l'équivalent chinois de Twitter. Les journaux officiels du régime avaient enfin enfoncé le clou, fin mars.

Une montée en puissance de critiques qu'Apple ne pouvait pas ignorer plus longtemps pour deux raisons. D'abord, la Chine représente le deuxième débouché des produits du géant américain après les États-Unis. Tim Cook prévoit d'ailleurs qu'elle pourrait même devenir le premier d'ici à 2017. Ensuite, Apple est en pleine négociation avec China Mobile, le premier opérateur téléphonique du pays, pour qu'il accepte enfin de distribuer l'iPhone à ses quelque 700 millions de clients. La mauvaise publicité dont pâtit actuellement la marque américaine risquait donc de ralentir la finalisation d'un contrat de distribution crucial pour son développement dans le pays.

Avec dépêches

Première publication : 02/04/2013

  • CHINE

    La télévision chinoise accusée de tenter de déstabiliser Apple

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Apple s'excuse pour la mauvaise qualité de son application Maps

    En savoir plus

  • INDUSTRIE

    Foxconn, le roi taïwanais du low cost, envisagerait d'installer des usines aux États-Unis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)