Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Amériques

Des inondations font une quarantaine de morts dans la province de Buenos Aires

© Photo AFP

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2013

Au moins 43 personnes sont mortes dans les inondations subites qui touchent la province de Buenos Aires depuis lundi. La ville de La Plata, à 60 kilomètres de la capitale argentine, a été la plus durement touchée.

La ville de La Plata, à 60 km de Buenos Aires, a été noyée sous deux mètres d'eau dans la nuit de mardi à mercredi, à la suite d'inondations subites qui ont causé la mort de 35 personnes.

La nuit précédente, des pluies diluviennes avaient causé la mort d'au moins 8 personnes à Buenos Aires, la capitale.

Le gouverneur provincial, Daniel Scioli, a indiqué que face à la montée des eaux, qui a atteint 2 mètres de haut par endroits, les gens "avaient tenté de se réfugier sur les toits et dans les arbres, mais certains n'y étaient pas parvenus".

Les corps sont apparus au fur et à mesure que les eaux ont commencé à baisser, a ajouté au cours d'une conférence de presse le gouverneur de la province de Buenos Aires, qui englobe La Plata.

La moitié de cette agglomération de 900.000 habitants a été inondée et était privée de courant mercredi. Des voitures flottaient dans les rues et la ville était partiellement paralysée. Plus de 2.500 personnes ont dû abandonner leurs logements envahis par les eaux et ont été hébergés dans une vingtaine de centres d'accueil temporaires.

Des personnes âgées et des mères portant leur enfant dans les bras étaient évacuées à bord de canoës, tirés dans les rues transformées en cours d'eau par des voisins ou des secouristes.

Selon les services météorologiques, il est tombé 400 mm de pluie en deux heures mardi soir, un record pour La Plata. L'eau s'est accumulée dans les parties basses de la ville, située à une dizaine de kilomètres du Rio de la Plata.

Dans le quartier périphérique de Tolosa, plusieurs dizaines de voitures émergaient à peine de l'eau.

"Ca fait 40 ans que je vis ici et c'est la première fois que je vois ça. J'héberge trois familles là-haut, deux vieux, trois enfants, dont un handicapé; ce sont des voisins que nous avons accueillis", dit en montrant les étages de sa maison Maximiliano Miceli, affairé à nettoyer sa voiture remplie d'eau, dans le quartier de Tolosa.

A La Plata, importante ville universitaire, les écoles et les services publics ont été fermés.

"Ce qui s'est passé à La Plata, c'est du jamais vu. La moitié de la ville est sans électricité. Il y a des gens sur les toits, dans les arbres, attendant qu'on puisse aller les chercher", a déclaré le vice-ministre argentin de la Sécurité, Sergio Berni.

"Nous sommes arrivés mardi à 15h00, et nous sommes bloqués ici (à La Plata), on ne nous permet pas d'avancer. il n'y a pas moyen de sortir", a confié à une radio Vanesa Silletti, recluse dans sa voiture avec son bébé de 10 mois. "La batterie est à plat. Je donne le sein au bébé. Je n'ai rien, on ne peut pas bouger", se désespère-t-elle.

Sur les ondes d'une autre radio, l'ancien footballeur Juan Sebastian Veron, dit depuis La Plata son angoisse de ne pas voir apparaître certains proches. "Nous sommes coupés du monde", s'inquiète-t-il.

A Buenos Aires, 350.000 personnes ont été touchées par les inondations survenues en pleine nuit, mardi entre 00h00 et 07h00.

Un agent du métro est mort électrocuté dans une station lors d'une opération de pompage. Les habitations précaires ont été particulièrement touchées, et la tempête a également causé une série de coupures de courant, des chutes d'arbres et l'interruption de plusieurs services de transports en commun.

Mercredi, la vie avait repris son cours quasi-normal dans la capitale, mais des administrations déploraient des coupures de liaison Internet ou du matériel endommagé. De nombreux feux de signalisation étaient en panne.

Les garages spécialisés dans le séchage de voitures inondées étaient pris d'assaut, après 6 jours fériés. Les dépanneuses faisaient des allées et venues pour dégager les véhicules abandonnés, moteur et système électrique noyés dans la plupart des cas.

Le maire de Buenos Aires Mauricio Macri a averti ses administrés que les inondations se reproduiraient. "Ces pluies violentes qui se répètent, affirme-t-il, sont dues au réchauffement climatique".

Si les inondations sont peu fréquentes à La Plata, elles sont plus habituelles à Buenos Aires et dans son agglomération de 13 millions d'habitants, où l'urbanisation le long du Rio de la Plata s'est faite en partie sur des terres inondables.

AFP

Première publication : 03/04/2013

  • RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    Les 4°C qui changeraient la face du monde

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Cristina Kirchner interpelle le pape au sujet des Malouines

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Monseigneur Bergoglio et les années de plomb

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)