Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Plan d'économies de Valls : la France sur la voie de la stabilité ? (Partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

Ukraine : une carte de visite détournée sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes : toujours les mêmes ?

En savoir plus

FOCUS

Copenhague veut gérer la distribution de cannabis

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Économies : le plan Valls fait débat au sein de la majorité

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Un tatouage offensant

En savoir plus

  • Les frères ennemis Hamas et Fatah scellent leur réconciliation

    En savoir plus

  • Pour Tony Blair, le véritable ennemi de l’Occident est l’islam radical

    En savoir plus

  • Deux policiers tués à Nairobi dans un attentat à la voiture piégée

    En savoir plus

  • Thomas Piketty, l'économiste français superstar aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : léger avantage pour le Real Madrid vainqueur du Bayern Munich

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le réveil tardif de la France

    En savoir plus

  • RD Congo : plus de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants d'Arméniens tués en 1915

    En savoir plus

  • Cinéma : “Noor”, le transsexuel pakistanais qui voulait redevenir un homme

    En savoir plus

  • Un entraîneur de foot français porte plainte contre l’émir du Qatar

    En savoir plus

  • Ces islamistes du Mujao qui considèrent la France comme leur ennemie

    En savoir plus

  • Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • Le patron du Facebook russe s’exile pour échapper à l'œil de Moscou

    En savoir plus

  • Pourquoi Kiev peine à relancer son offensive anti-séparatiste

    En savoir plus

  • La Game Boy, pop star des années 90, fête ses 25 ans

    En savoir plus

  • Le Brésil organise un sommet de l'Internet pour l'ère post-Snowden

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Paris dévoile sa feuille de route économique jusqu'en 2017

    En savoir plus

Afrique

Doutes sur le nombre de Sud-Africains tués en Centrafrique

© AFP

Vidéo par Wassim NASR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/04/2013

Selon l’envoyé spécial de RFI en Centrafrique, le nombre de Sud-Africains tués pendant la prise de Bangui dépasserait largement les 13 morts officiels. Les raisons de la présence sud-africaine dans le pays apparaissent en outre bien floues.

Lors du coup d’État des rebelles de la Séléka à Bangui, les 23 et 24 mars derniers, les autorités sud-africaines ont annoncé la mort de treize de leurs soldats. Officiellement, ils se trouvaient dans le pays pour former l’armée centrafricaine. Mais moins de deux semaines après la chute du régime Bozizé, de sérieux doutes apparaissent sur le nombre de Sud-Africains tués lors de l’offensive ainsi que sur les raisons de leur présence dans le pays.

"Le général Arda Hakouma, le chef d’état-major chargé des opérations de la Séléka avec lequel je me suis longuement entretenu, est catégorique", rapporte Cyril Bensimon, envoyé spécial de RFI en République centrafricaine. "Il assure que dans les combats du samedi 23 mars entre la ville de Damara et la capitale, il a constaté non pas 13 mais 36 soldats sud-africains morts".

Le contingent sud-africain a été pris en étau entre deux groupes de la Séléka, raconte le journaliste. L’un descendait vers Bangui, l’autre remontait ver le nord après "une manœuvre de contournement". Les soldats sud-africains se sont retrouvés sous les feux croisés de la Séléka. "D’après nos informations, François Bozizé, qui se trouvait sur place, s’est échappé de justesse", ajoute Cyril Bensimon.

Business sud-africain ?

Le bilan diverge sur le nombre de soldats sud-africains tués

"Selon une autre source, le bilan des pertes sud-africaines est même supérieur à 36 morts, poursuit le reporter. Cet interlocuteur, qui souhaite conserver l’anonymat et qui se trouvait, lundi 25 mars – au lendemain de la prise de Bangui – à la base militaire française, assure avoir vu plus de 50 sacs mortuaires prêts à être embarqués dans un Hercule C 10 envoyé par Pretoria. Dans le même temps, d’autres cadavres de soldats sud-africains continuaient à arriver". Selon Cyril Bensimon, d’autres sources militaires et diplomatiques ont confirmé que les pertes sud-africaines dépassaient les 40 morts.

Quels intérêts auraient pu inciter Pretoria à défendre le régime de Bozizé puis à minimiser ses pertes? La question reste en suspend, alors que les autorités sud-africaines viennent de rendre publique leur décision de retirer toutes leurs troupes de Centrafrique. RFI, sur son site internet, évoque plusieurs contrats miniers et pétroliers signés directement entre des sociétés sud-africaines et la présidence centrafricaine.

"Des sources gouvernementales et sécuritaires assurent que Pretoria se battait pour préserver des contrats miniers et pétroliers signés directement avec François Bozizé", rapporte encore Cyril Bensimon. "Un ministre affirme ainsi qu’une société du nom de Dig Oil, venue prospecter dans le domaine pétrolier, est – je cite – une ‘pompe à fric de l’ANC’ [Congrès national africain, le parti au pouvoir à Pretoria, NDLR] dont le neveu du président Zuma est actionnaire". Et le journaliste de conclure : "Si toutes ces affirmations sont confirmées, une crise politique paraît inévitable en Afrique du Sud."
 

Première publication : 04/04/2013

  • CENTRAFRIQUE

    "Il est impossible de reconnaître Djotodia comme président de la Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : le commerce des diamants suspendu à la transition politique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Bangui se dote d'un nouveau gouvernement formé de rebelles et d'opposants

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)