Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

geurre en syrie, mossoul, relations russo-américaines Partie 2

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

remaniement ministeriel, brexit, conseil de l'Europe Partie 1

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiées syriennes en Jordanie : la menace Trump

En savoir plus

Culture

Illustre critique de cinéma, l’Américain Roger Ebert s’est éteint à 70 ans

© AFP | Robert Ebert

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2013

Premier critique de cinéma à avoir reçu le prestigieux prix Pulitzer, Robert Ebert a été emporté par un cancer jeudi. Parmi les nombreux hommages qui lui sont rendus, Barack Obama a déclaré que "le cinéma ne serait plus le même" sans lui.

L'Américain Roger Ebert, premier critique de cinéma à avoir été récompensé par le prestigieux prix Pulitzer, est mort jeudi d'un cancer à l'âge de 70 ans, a annoncé le Chicago Sun-Times, journal pour qui il a travaillé plus de 40 ans.

Roger Ebert "a célébré l'excellence au cinéma tout en dénonçant la piètre qualité, le manque d'originalité ou la médiocrité (de certains films) avec un regard aiguisé, un esprit vif et une profonde culture qui ont enchanté ses millions de lecteurs et spectateurs", écrit le journal.

Le président américain Barack Obama a affirmé quant à lui que "le cinéma ne serait plus le même sans Roger" Ebert.

"Roger incarnait le cinéma. Quand il n'aimait pas un film, il était honnête. Quand il aimait, il était démonstratif --capturant le pouvoir unique du cinéma pour nous entraîner dans des lieux magiques", écrit M. Obama dans un communiqué.

Le journaliste, qui officiait en presse écrite, à la télévision et sur internet, et dont l'assentiment - symbolisé par deux pouces pointés vers le haut - était recherché par tous les cinéastes, avait commencé à travailler pour le Chicago Sun-Times en 1967.

Il fut le premier à remporter le prix Pultizer, en 1975, pour la qualité de ses critiques - un honneur partagé depuis avec deux autres personnes.

Le réalisateur américain Martin Scorsese ("Taxi Driver", "Raging Bull"), qui travaille sur un film consacré au critique, a qualifié sa mort de "perte incalculable pour la culture du cinéma et la critique de film".

"C'est une perte pour moi personnellement. Roger a toujours été un soutien, il a toujours été là pour moi quand j'en avais le plus besoin, quand cela comptait réellement - au tout début, lorsque chaque mot d'encouragement était précieux."

Le cinéaste Steven Spielberg ("Les Dents de la mer", "E.T.") a quant à lui déclaré: "Roger adorait les films. Ils étaient sa vie. Ses critiques allaient bien plus loin que deux pouces vers le haut ou deux pouces vers le bas. Il écrivait avec passion et une grande connaissance du cinéma et de son histoire."

Roger Ebert, qui se battait depuis des années contre des cancers de la thyroïde et des glandes salivaires, avait annoncé mardi sur son blog qu'il suspendait temporairement ses activités.

Mais il précisait qu'il continuerait à travailler à l'amélioration de son site internet, rogerebert.com, qui devait mettre à disposition ses archives de 10.000 critiques de films.

"En ce jour de réflexion je vous le redis : merci de m'accompagner dans cette aventure. On se verra au cinéma", concluait-il.

AFP

Première publication : 05/04/2013

COMMENTAIRE(S)