Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Au Burkina Faso, la rue défie Campaoré

En savoir plus

FRANCE

Le Printemps racheté à 100 % par le Qatar d'ici cet été

© TypischToon/Flickr Creative commons

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2013

Des investisseurs qataris vont devenir les seuls propriétaires des grands magasins du Printemps en France, après le désistement des Italiens. Le montant de l’opération, qui devrait se conclure dans les prochains mois, n’a pas encore été révélé.

Après avoir mis la main sur plusieurs hôtels de luxe et le Paris Saint-Germain, le Qatar s'apprête à devenir l'unique propriétaire d'un autre lieu emblématique français, les grands magasins du Printemps.

Selon des documents reçus par l'AFP, un groupe d'investisseurs qataris doit racheter, via Disa, une société d'investissements luxembourgeoise, les participations à la fois de la Deutsche Bank, qui souhaitait céder ses 70% du Printemps, et de la société italienne Borletti, détentrice des 30% restants.

Il était prévu au départ que Borletti s'associe aux Qataris pour financer le rachat des parts de la Deutsche Bank (Rreef) tout en restant propriétaire du groupe de grands magasins. A l'arrivée, le groupe italien lui-même va aussi tomber dans leur escarcelle.

Les investisseurs qataris, dont l'identité n'est pas révélée, ont "souhait(é) également acquérir l'intégralité du capital de Borletti Group. C'est dans ce cadre que les actionnaires de Borletti Group ont également choisi de céder la totalité de leur participation dans Borletti Group à Disa", indiquent les documents.

"De sorte qu'à la fin de l'opération, cette dernière serait propriétaire de 100% de Borletti Group, qui serait elle-même propriétaire de 100% de PHL" (Printemps Holding Luxembourg, qui détient l'intégralité du Printemps, ndlr), selon ces textes.

Le montant de cette opération, qui devrait se conclure d'ici à l'été, n'est pas spécifié. Selon Mediapart, le montant de la cession du Printemps atteindrait 1,6 milliard d'euros. A la fin 2012, les Galeries Lafayette avaient fait en vain une offre de rachat pour 1,8 milliard d'euros.

Les salariés veulent l'assurance que tous les magasins perdurent

Le Printemps dispose de 16 magasins en France, dont son vaisseau amiral sur les Grands Boulevards parisiens. Il avait été cédé en octobre 2006 par PPR pour 1,075 milliard d'euros. Depuis, le chiffre d'affaires du groupe a bondi de 30% pour atteindre 1,45 milliard d'euros en 2011.

Selon les documents, une fois le rachat effectué, les Qataris conserveront la direction actuelle du Printemps, avec à sa tête Paolo de Cesare. Borletti resterait également en temps que conseiller.

La stratégie de rénovation et d'ouvertures de magasins sera également conservée.

Les textes se veulent rassurants pour les 3.400 salariés du groupe qui "conserveraient le même employeur" et "cette opération assurerait donc pour eux une continuité de leurs droits contractuels".

Les syndicats se déclarent toutefois inquiets pour les salariés des magasins de province parce que le Printemps n'y est "pas propriétaire des murs et il n'est pas certain que les investisseurs qataris aient le souhait de les conserver", a indiqué Bernard Demarcq, secrétaire général du syndicat UGICT-CGT. Un comité central d'entreprise est prévu ce vendredi.

Des prises de participation tous azimuts

Ce rachat marque un nouveau pas d'importance dans la stratégie d'investissements du Qatar dans l'Hexagone, qui accueille environ 10% des investissements de l'émirat à l'étranger.

Le Qatar a déjà investi dans plusieurs hôtels de luxe français (Royal Monceau, Concorde Lafayette, Hôtel du Louvre à Paris, Carlton et Martinez à Cannes, Palais de la Méditerranée à Nice).

Il possède aussi des participations dans de nombreuses grandes entreprises tricolores (Total 3%, Vinci 7%, Lagardère 12%, Veolia Environnement 5%, LVMH 1%, ou Vivendi 3%), et détient l'emblématique club de football de la capitale, Paris Saint-Germain (PSG).

En juin 2012, il s'est offert le prestigieux immeuble parisien du 52-60 avenue des Champs-Elysées, qui abrite Monoprix et Virgin Megastore.

Ces prises de participation tous azimuts ont suscité des critiques en France. La ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq a toutefois assuré le 12 mars que "les investissements qataris sont et resteront bienvenus en France. Nous souhaitons même qu'ils s'amplifient".

AFP

Première publication : 05/04/2013

  • FRANCE

    Un nouveau Printemps pour le Qatar ?

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'émir du Qatar achète six îles grecques pour 8,5 millions d'euros

    En savoir plus

  • MALI

    Le Qatar a-t-il des intérêts au Mali ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)