Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • En direct : Monaco-Leverkusen et les autres matches de la Ligue des champions

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Critiquée par HRW, la Côte d'Ivoire se défend de pratiquer une justice partiale

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/04/2013

Interrogé vendredi par FRANCE 24, le ministre de la Justice ivoirien Gnénéma Coulibaly a réagi après les critiques de Human Rights Watch accusant la justice ivoirienne d'être partiale contre l'ex-président Laurent Gbagbo et ses proches.

Faisant suite aux critiques de l'ONG américaine Human Rights Watch (HRW), le gouvernement ivoirien s'est défendu vendredi 5 avril de pratiquer une justice partiale contre les proches de l'ancien président Laurent Gbagbo. Intervenant par téléphone sur l'antenne de France 24, le ministre de la Justice Gnénéma Coulibaly a affirmé ce vendredi, "qu’il n’y a pas lieu de faire des pressions",

Cliquez sur l'image pour lire l'intégralité du rapport de Human Rights Watch.

Dans un rapport publié jeudi 4 avril, l’association de défense des droits de l’homme a accusé le gouvernement ivoirien de partialité dans les poursuites engagées contre les auteurs de crimes commis durant les violences post-électorales entre décembre 2010 et avril 2011. À l'époque, quelque 3 000 personnes avaient trouvé la mort dans les affrontements provoqués par le refus du président sortant Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle contre son adversaire, Alassane Ouattara. Selon l'ONG, les chiffres parlent d'eux-mêmes, 150 personnes sont actuellement poursuivies, toutes sont du camp de Gbagbo.

"Les chiffres allégués par HRW concernent les personnes arrêtés lors de la crise post-électorale pour atteinte à la sûreté de l’État", a affirmé vendredi le ministre ivoirien Gnénéma Coulibaly, ajoutant que "personne à ce jour n’a fait l’objet d’inculpation pour violation des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire".

Le garde des Sceaux a expliqué que 3 000 auditions ont été réalisées par une commission d'enquête sur les violations de droits de l'Homme. "La commission a rendu son rapport et il est en cours d’examen par les magistrats instructeurs", a-t-il ajouté, précisant que "personne ne sera protégé s’il est établi qu’elle a commis des violations graves des droits de l’homme durant la période post-électorale".

La CPI épinglée

Dans son rapport de 82 pages, intitulé "Transformer les discours en réalité : l'heure de réclamer des comptes pour les crimes internationaux graves perpétrés en Côte d'Ivoire", HRW affirme que la justice internationale a fait preuve de la même partialité à l'égard des crimes commis suite aux élections en Côte d'ivoire.

L'ONG américaine rappelle ainsi que la Cour pénale internationale (CPI) n'a délivré publiquement que deux mandats d'arrêt, à l'encontre de Laurent Gbagbo et de son épouse Simone, tous deux accusés de crimes contre l'humanité. Selon le rapport, "l'approche à sens unique adoptée par la CPI a légitimé la mise en œuvre de la même approche par les autorités judiciaires ivoiriennes et porté atteinte à l'image en Côte d'Ivoire de la CPI en tant qu'institution impartiale".

 

 

Première publication : 05/04/2013

  • CÔTE D'IVOIRE

    Human Rights Watch s'interroge sur l'impartialité de la CPI en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Gbagbo "co-auteur indirect" de crimes contre l’humanité, selon le procureur de la CPI

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ancien pro-Gbagbo Charles Blé Goudé transféré en Côte d'Ivoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)