Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Incertitudes autour de la politique économique de Trump

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"C'est parti pour le show"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le nouveau président Adama Barrow prête serment à Dakar

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 11/04/2013

France : le chaudron social

En France, les annonces de fermeture d’usines se multiplient. Sur ces sites industriels en danger, la situation est explosive. Nos reporters ont rencontré des salariés, qui, entre désespoir et colère, sont prêts à tout.

Sophie Bac en est sûre. Le patron s’est dit : ''Ce sont des femmes et en plus elles ne sont pas nombreuses, l’usine va pouvoir fermer en douceur". Cette responsable des achats de Socoval, une usine de textile implantée à Cherbourg en Normandie, est menacée de licenciement. En quinze ans, l’entreprise a connu une dizaine de plans sociaux. Cette fois, la vingtaine de couturières ne compte pas se laisser faire.

"S’entendre dire : "On vous licencie et le gouvernement français va vous prendre en charge’’, pour nous ce n’était pas acceptable. Nous avons décidé de nous battre", poursuit Sophie.

Le 18 mars dernier, cette jeune femme de 34 ans et vingt de ses collègues, âgées en moyenne de 53 ans, décident de séquestrer leur patron, Eros Catalano. Elles le retiennent pendant deux heures dans les locaux de la direction. Depuis, ces femmes en colère occupent leur usine jour et nuit. Elles ont installé leurs matelas dans les bureaux des cadres.

Mais juste à côté, la responsable des ressources humaines, imperturbable, continue de travailler : elle rédige les lettres de licenciement. "C’est la dernière charrette", nous lâche-t-elle, "et cette fois, moi aussi j’en fais partie".

Radicalisation ?

En France, ces plans sociaux bouleversent la vie de milliers de familles. Et certains salariés sont tentés par la violence. Les syndicats ont même du mal à contrôler leur base. C’est le cas chez Goodyear, où les mobilisations contre la fermeture d’un site à Amiens sont régulières depuis six ans.

"Comme en Grèce ou en Espagne, il faut tout casser !", s’énerve Thierry, qui nous prend à témoin lors d’un rassemblement où nous nous sommes rendus, devant le siège de l’entreprise à Rueil-Malmaison. Comme près de 1 200 autres, cet ouvrier est menacé de licenciement. Ce jour-là, la manifestation a dégénéré.

Chez PSA Peugeot Citroën, fleuron de l’industrie automobile française, une minorité de syndicalistes que nous avons rencontrés se sont aussi radicalisés face à la perspective de voir fermer l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Depuis le 16 janvier, ils refusent de reprendre le travail, contrairement à la majorité des représentants du personnel, et empêchent leurs collègues de reprendre la production. "On craint un drame…", redoute Tania Sussest, déléguée du syndicat majoritaire de l’entreprise, qui souhaite la reprise du travail.

Les RG en alerte

D’ailleurs, dès le 30 janvier, la sous-direction d’information générale (ex-renseignements généraux) demandait à ses services d’avoir un œil attentif sur les salariés et "d’anticiper les mobilisations et les risques d’incidents".

Dans les trois usines où nous nous sommes rendus, des policiers en civils étaient effectivement présents. À Socoval, l’officier s’entretient tous les jours avec les grévistes. "Ce qui est nouveau et inquiétant, c’est l’ampleur du phénomène", explique-t-il, même si dans la Manche, il ne constate pas de radicalisation.

Pour tenter de calmer la colère des salariés, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, prône le "Made in France". Il affirme avoir déjà sauvé près de 60 000 emplois qui étaient menacés.

"Le savoir-faire français s’en va"

À Cherbourg, le "Made in France", les couturières y ont cru. Ces petites mains confectionnaient les costumes commandés par les plus grands tailleurs. Elles ont habillé plusieurs présidents de la République, dont Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand.

Et lorsque qu’un soir, elles regardent, sans l’écouter, l’actuel chef de l’Etat parler du chômage sur un plateau de télévision, Elisabeth Lepresle, la plus ancienne d’entre elles, s’exclame : "Est-ce qu’il est au courant François Hollande qu’à Cherbourg, la dernière entreprise française de prêt-à-porter masculin et de sur mesure haut de gamme est en train de fermer ? C’est le savoir-faire français qui s’en va !" L’usine Socoval tournait depuis plus d’un demi-siècle.

Après dix-sept jours de lutte, les couturières ont finalement baissé les bras. Le 3 avril, elles ont levé le camp. Les vingt-six employées sont licenciées. "C’est le clap de fin", lâche l’une d’entre elles, la gorge serrée.

Par Johan BODIN , Christophe DANSETTE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/01/2017 Afrique

Burundi : à visage caché

Le Burundi ne fait jamais la une des journaux. Pourtant les violences y sont quasi quotidiennes. Depuis l'annonce de la candidature de Nkurunziza à un troisième mandat en avril...

En savoir plus

13/01/2017 États-Unis

Wisconsin : plongée au cœur du vote Trump

Le 20 janvier, Donald Trump sera investi de la présidence des États-Unis. Incarnation d’un changement radical dans la politique américaine, il a remporté, durant l’élection,...

En savoir plus

06/01/2017 Afrique

"Génération Dadaab" : rencontre avec la jeunesse du camp somalo-kenyan

À la frontière entre la Somalie et le Kenya se trouve Dadaab. Ce camp géant, géré par l'UNHCR, abrite 280 000 habitants, des Somaliens pour la plupart. En 25 ans d'existence, une...

En savoir plus

23/12/2016 Moyen-Orient

Reportage exclusif : Mossoul, la difficile reconquête

Depuis plus de deux mois, l'armée irakienne mène un combat acharné pour reprendre Mossoul à l’organisation État islamique. Un quart de la ville a pu être repris, mais les...

En savoir plus

22/12/2016 Droit d'asile

Vidéo : Ferrette, un village alsacien qui redonne espoir aux migrants

Depuis bientôt un an, le village de Ferrette, en Alsace, a mis en place un centre d’accueil pour demandeurs d’asile dans une ancienne caserne de gendarmerie. Après des mois...

En savoir plus