Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Michel Barnier : "Le grignotage de l’Ukraine n’est pas acceptable"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Francis Collomp, ancien otage au Nigeria, raconte son évasion

En savoir plus

Nos grands reporters et nos correspondants aux quatre coins du globe vous proposent des reportages long format. Ils viennent ensuite les décrypter en plateau. Le samedi, à 20h40.

REPORTERS

REPORTERS

Dernière modification : 11/04/2013

France : le chaudron social

En France, les annonces de fermeture d’usines se multiplient. Sur ces sites industriels en danger, la situation est explosive. Nos reporters ont rencontré des salariés, qui, entre désespoir et colère, sont prêts à tout.

Sophie Bac en est sûre. Le patron s’est dit : ''Ce sont des femmes et en plus elles ne sont pas nombreuses, l’usine va pouvoir fermer en douceur". Cette responsable des achats de Socoval, une usine de textile implantée à Cherbourg en Normandie, est menacée de licenciement. En quinze ans, l’entreprise a connu une dizaine de plans sociaux. Cette fois, la vingtaine de couturières ne compte pas se laisser faire.

"S’entendre dire : "On vous licencie et le gouvernement français va vous prendre en charge’’, pour nous ce n’était pas acceptable. Nous avons décidé de nous battre", poursuit Sophie.

Le 18 mars dernier, cette jeune femme de 34 ans et vingt de ses collègues, âgées en moyenne de 53 ans, décident de séquestrer leur patron, Eros Catalano. Elles le retiennent pendant deux heures dans les locaux de la direction. Depuis, ces femmes en colère occupent leur usine jour et nuit. Elles ont installé leurs matelas dans les bureaux des cadres.

Mais juste à côté, la responsable des ressources humaines, imperturbable, continue de travailler : elle rédige les lettres de licenciement. "C’est la dernière charrette", nous lâche-t-elle, "et cette fois, moi aussi j’en fais partie".

Radicalisation ?

En France, ces plans sociaux bouleversent la vie de milliers de familles. Et certains salariés sont tentés par la violence. Les syndicats ont même du mal à contrôler leur base. C’est le cas chez Goodyear, où les mobilisations contre la fermeture d’un site à Amiens sont régulières depuis six ans.

"Comme en Grèce ou en Espagne, il faut tout casser !", s’énerve Thierry, qui nous prend à témoin lors d’un rassemblement où nous nous sommes rendus, devant le siège de l’entreprise à Rueil-Malmaison. Comme près de 1 200 autres, cet ouvrier est menacé de licenciement. Ce jour-là, la manifestation a dégénéré.

Chez PSA Peugeot Citroën, fleuron de l’industrie automobile française, une minorité de syndicalistes que nous avons rencontrés se sont aussi radicalisés face à la perspective de voir fermer l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Depuis le 16 janvier, ils refusent de reprendre le travail, contrairement à la majorité des représentants du personnel, et empêchent leurs collègues de reprendre la production. "On craint un drame…", redoute Tania Sussest, déléguée du syndicat majoritaire de l’entreprise, qui souhaite la reprise du travail.

Les RG en alerte

D’ailleurs, dès le 30 janvier, la sous-direction d’information générale (ex-renseignements généraux) demandait à ses services d’avoir un œil attentif sur les salariés et "d’anticiper les mobilisations et les risques d’incidents".

Dans les trois usines où nous nous sommes rendus, des policiers en civils étaient effectivement présents. À Socoval, l’officier s’entretient tous les jours avec les grévistes. "Ce qui est nouveau et inquiétant, c’est l’ampleur du phénomène", explique-t-il, même si dans la Manche, il ne constate pas de radicalisation.

Pour tenter de calmer la colère des salariés, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, prône le "Made in France". Il affirme avoir déjà sauvé près de 60 000 emplois qui étaient menacés.

"Le savoir-faire français s’en va"

À Cherbourg, le "Made in France", les couturières y ont cru. Ces petites mains confectionnaient les costumes commandés par les plus grands tailleurs. Elles ont habillé plusieurs présidents de la République, dont Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand.

Et lorsque qu’un soir, elles regardent, sans l’écouter, l’actuel chef de l’Etat parler du chômage sur un plateau de télévision, Elisabeth Lepresle, la plus ancienne d’entre elles, s’exclame : "Est-ce qu’il est au courant François Hollande qu’à Cherbourg, la dernière entreprise française de prêt-à-porter masculin et de sur mesure haut de gamme est en train de fermer ? C’est le savoir-faire français qui s’en va !" L’usine Socoval tournait depuis plus d’un demi-siècle.

Après dix-sept jours de lutte, les couturières ont finalement baissé les bras. Le 3 avril, elles ont levé le camp. Les vingt-six employées sont licenciées. "C’est le clap de fin", lâche l’une d’entre elles, la gorge serrée.

Par Johan BODIN , Christophe DANSETTE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/02/2015 Pakistan

Pakistan : la police dans la ligne de mire des Taliban

Karachi, la plus grande ville du Pakistan, doit faire face à l’influence grandissante des Taliban. Pour y mettre fin, les forces de l’ordre ont lancé en septembre 2013...

En savoir plus

20/02/2015 Cisjordanie

Cisjordanie, le business des colonies

En Cisjordanie, les colonies juives continuent de s'étendre. Autorisées ou non par le gouvernement israélien, elles sont considérées comme illégales par la communauté...

En savoir plus

12/02/2015 Tunisie

Aux sources du jihad en Tunisie

La Tunisie a beau avoir fait le choix de la démocratie, le pays reste un important pourvoyeur de candidats au jihad. Depuis trois ans, des milliers de jeunes Tunisiens sont...

En savoir plus

05/02/2015 Inde

Inde : la rumeur du "Love Jihad"

En Inde, où la société est régulièrement secouée par des tensions religieuses, des extrémistes hindous accusent des musulmans de pratiquer un "Love Jihad", un "Jihad de l’amour"....

En savoir plus

30/01/2015 Syrie

Syrie : Kobané, la reconquête

Au nord de la Syrie, après de longs mois d’intenses combats, la ville kurde de Kobané, a été reprise aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique. Nos reporters ont...

En savoir plus