Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

Moyen-orient

Attentat meurtrier en plein meeting électoral près de Bagdad

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2013

Un kamikaze s'est fait exploser samedi lors d’un meeting politique au nord de Bagdad, faisant 25 morts et 60 blessés. Attentats, assassinats de candidats... La campagne des élections provinciales se déroule dans un climat des plus tendus.

Vingt-cinq personnes ont été tuées et 60 blessées samedi dans un attentat perpétré en plein meeting électoral au nord de Bagdad, à deux semaines jour pour jour d'un scrutin provincial dont la campagne est marquée par un regain de violences.

Dans ce contexte particulier de campagne électorale, l'attaque, perpétrée à Baqouba (60 km au nord de Bagdad), repose avec acuité la question de la capacité des forces de sécurité irakiennes à assurer la sécurité dans le pays, dix ans après son invasion et la chute soudaine du régime de Saddam Hussein.

L'attentat visait un meeting de campagne en plein air de Mouthanna Ahmed Abdelwahid à l'heure du déjeuner.

Une grenade a d'abord été lancée dans la foule, composée de l'équipe de campagne du candidat. Un kamikaze a ensuite fait exploser la charge qu'il portait sur lui.

Le candidat est sain et sauf, mais 25 personnes ont péri et 60 autres ont été blessées, d'après un officier de police et une source médicale à l'hôpital de Baqouba.

La province de Diyala, dont Baqouba est le chef-lieu, est l'une des plus violentes d'Irak. Selon l'ONG Iraq Body Count, basée en Grande-Bretagne, 560 personnes y ont péri dans des attaques l'an dernier. Rapporté à sa population, le taux d'homicide volontaire y est de 38,8 pour 100.000 habitants, ce qui en fait le ratio le plus élevé dans le pays.

Douze candidats tués depuis le début de l'année


Diyala, mais aussi les villes et les environs de Bagdad, Kirkouk et Mossoul, au nord du pays, continuent chaque jour à être endeuillés par les attentats, commis pour la plupart par les insurgés sunnites, dont Al-Qaïda en Irak.

L'attentat de Baqouba n'a pas été revendiqué, mais les militants du réseau extrémiste sont coutumiers d'attaques contre les forces de sécurité, les chiites et les responsables politiques.

M. Abdelwahid, qui porte les couleurs du petit parti local Azeimoun Ala al-Bina (Déterminés à construire), faisait campagne pour les élections provinciales du 20 avril prochain, organisées dans douze des 18 provinces irakiennes.

La campagne se déroule dans un climat des plus tendus. Douze candidats ont été assassinés depuis le début de l'année, et le mois dernier 271 personnes ont été tuées dans des violences, faisant de mars le mois le plus meurtrier depuis août 2012.

Face à l'instabilité et l'insécurité qui y règnent, le Premier ministre Nouri al-Maliki a décidé de repousser le scrutin sine die à Anbar (ouest) et Ninive (nord), deux provinces dans lesquelles les sunnites battent le pavé depuis trois mois pour réclamer la fin de la "marginalisation" dont ils s'estiment victimes.

Dix ans après l'invasion qui a abouti in fine à la chute du régime de Saddam Hussein et du parti Baas, l'Irak, s'il continue à être endeuillé au quotidien, ne connaît cependant plus les niveaux de violences des années sombres 2006-2008.

Samedi, lors d'une autre attaque, survenue à Charqat, à 290 km au nord-ouest de la capitale irakienne, un civil a été tué par l'explosion d'une bombe qui visait son véhicule.

Et près de Balad, à 70 km au nord de Bagdad, la police a découvert la dépouille d'un policier enlevé vendredi avec son frère.

AFP

Première publication : 06/04/2013

  • IRAK

    Dix ans après la guerre, l’Irak tente de redevenir une puissance régionale

    En savoir plus

  • MY BEVOLED ENEMY

    États-Unis - Irak : mon meilleur ennemi

    En savoir plus

  • IRAK

    Bagdad : une cinquantaine de morts dans une série d'attentats anti-chiites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)