Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande rattrapé par l'affaire Cahuzac à Tulle

©

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2013

En déplacement en Corrèze, François Hollande qui ne devait pas prendre la parole s'est finalement exprimé devant la presse. L’occasion de réaffirmer les valeurs républicaines défendues par l’exécutif secoué par l’affaire Cahuzac.

Ce devait être l’occasion de se ressourcer, une petite parenthèse champêtre au sein de son fief corrézien à l’heure où sa cote d’impopularité flirte avec des records historiques. Mais lors de sa visite, samedi 6 avril, à Tulle - la sixième depuis son élection - François Hollande a finalement été rattrapé par la tumultueuse affaire Cahuzac.

Venu remettre les insignes de la Légion d'honneur et de l'Ordre national du mérite à d'anciens résistants, des chefs d'entreprise, un abbé et des élus locaux, le chef de l'État, qui voulait donner un caractère quasi-privé à son déplacement, a tout compte fait profité de la cérémonie pour marteler son engagement envers une "République exemplaire". La presse, qui devait initialement être tenue à l’écart de l’événement, a finalement été autorisée à pénétrer dans les salons de la préfecture de Corrèze où s’est déroulée la cérémonie.

François Hollande s'est tout de même offert une heure et demie de déambulation impromptue, la plus longue depuis son élection, en homme "libre" dans les rues de Tulle. © AFP

Dans son discours, l’ancien maire de Tulle a appelé "chacune et chacun" à servir la République "d'une manière exemplaire", allusion directe à l'affaire Cahuzac qui ébranle l'exécutif. "Dans un moment où il doit y avoir des valeurs qui doivent être portées, une exigence morale pour tous ceux qui ont des responsabilités à quelque niveau que ce soit, une cérémonie comme celle-là a du sens, [...] chaque manquement est un une faute", a-t-il insisté.

Après seulement quatre heures sur place, François Hollande, qui a considérablement allégé le programme de sa visite corrézienne, a regagné son bureau de l’Élysée pour un "week-end de travail et de réflexion qu'il entend passer pour l'essentiel à Paris avec ses collaborateurs", a confié un proche du président.

Manifestation, pétition… toutes les franges de l’opposition veulent jouer un rôle

Ce léger changement de programme et la prise de parole inattendue de François Hollande démontrent bien que la majorité s’active pour affronter le flot de critiques depuis les aveux tonitruants de Jérôme Cahuzac le 2 avril. Interventions médiatiques de l’exécutif et de ses élus, préparation de projets de lois pour assainir la vie politique, proposition d’un référendum populaire sur le sujet par le secrétaire nationle du PS Harlem Désir : les socialistes tentent de se dissocier au maximum de Jérôme Cahuzac, désormais exclu du parti.

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, propose un référendum

Ce qui n’empêche pas l’opposition de s’engouffrer largement dans la brèche en accablant l’exécutif à coups de petites phrases et en multipliant les propositions. Tandis que l'UMP demande des comptes au Premier ministre Jean-Marc Ayrault et au ministre de l'Économie Pierre Moscovici quant à leur implication dans l'affaire, François Bayrou, président du MoDem, a lancé, pour sa part, une pétition sur la moralisation de la vie politique.

Après avoir dénoncé "la pourriture" de l’ensemble du système politique français, Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, a appelé, lui, à manifester "pour purifier l'atmosphère politique insupportable". Le rassemblement doit avoir lieu le 5 mai, date anniversaire de l’élection de François Hollande.

Seul le Front national se fait plus discret. Alors qu’il réclamait, dans un premier temps, de nouvelles élections à corps et à cris, le parti fait profil bas depuis la révélation d’une information du "Monde" datant du 3 avril, selon laquelle le compte en banque étranger de Jérôme Cahuzac a été ouvert par Philippe Péninque, un proche de Marine Le Pen.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 06/04/2013

  • FRANCE

    Affaire Cahuzac : pour le PS, les propos de Mélenchon sont "dangereux"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jérôme Cahuzac souhaiterait retrouver son siège à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande : "Cahuzac n'a bénéficié d'aucune protection"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)