Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le gouvernement dissout le comité olympique

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France - arrêtés anti-burkini : une dérive politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Afrique

Retour au calme au Caire, après des affrontements interconfessionnels

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

Deux personnes sont mortes, dimanche, dans des heurts qui ont éclaté durant les funérailles de quatre coptes. Ces derniers, ainsi qu’un musulman, ont été tués lors de violences interconfessionnelles au nord de la capitale égyptienne, ce week-end.

Le calme était revenu lundi matin aux alentours de la cathédrale copte du Caire. La police s'est massivement déployée autour de la cathédrale Saint-Marc, dans laquelle des coptes étaient toujours rassemblés. Des groupes de civils allaient et venaient derrière les policiers, selon les témoignages recueillis par l'AFP.

Dimanche soir, la tension était toujours palpable. D’après les témoignages réunis par la correspondante de FRANCE 24 dans la capitale égyptienne, Sonia Dridi, des ambulances s'étaient postées devant les portes arrière de l’édifice copte pour porter secours aux dizaines de blessés, car nombreux étaient ceux qui avaient souhaité rester à l’intérieur de la cathédrale. Plusieurs musulmans étaient également venus prier dans la cathédrale, par solidarité avec les coptes.

"De nouveau, la population montre du doigt les forces de l’ordre, et les accuse d’inertie, voire de complicité", rapporte Sonia Dridi.

"La scène est vite devenue chaotique"

Les affrontements ont éclaté dimanche à la sortie de funérailles de quatre coptes, tués lors des violences entre musulmans et chrétiens dans la localité de El Khessous, au nord de la capitale égyptienne, vendredi.

Des slogans anti-Morsi ont retenti à l’intérieur de la cathédrale, lors de la cérémonie, . puis ont été scandés dans la rue. C’est alors que la foule chrétienne a "essuyé des jets de pierre jetés par des inconnus", d’après les témoignages recueillis par Sonia Dridi. Ensuite, les forces de police ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes devant la cathédrale.

"La scène est vite devenue chaotique, des fidèles sont rentrés dans l’église, d’autres ont couru dans tous les sens. Il y avait des activistes, venus assister aux funérailles. Des nuages de fumée ont envahi les lieux, des coups de feu ont été entendus", rapporte la journaliste de FRANCE 24.

Des jeunes musulmans derrière la police

Des civils, en majorité des habitants du quartier, étaient postés derrière les policiers et échangeaient pierres, bouteilles et bombes incendiaires avec des jeunes positionnés sur la cathédrale, d’après le récit de l’Agence France Presse.

"Nous sortions de la cathédrale avec les dépouilles et nous avions l'intention de nous diriger vers (le palais présidentiel d') al-Ittihadiya. Il y a eu des altercations avec la police, les habitants du quartier étaient hostiles et se sont mis du côté des policiers. Ils couraient après les chrétiens", a affirmé à l'AFP Sami Adli, un copte.

Le ministère de l'Intérieur a affirmé de son côté dans un communiqué que des participants aux funérailles avaient endommagé des voitures à leur sortie, "ce qui a provoqué des heurts avec les résidents du quartier".

Récit des violences du dimanche au Caire

Morsi demande une enquête immédiate

Les coptes attendent du président égyptien Mohamed Morsi qu’il s’exprime publiquement sur ces violences. Pour l’instant, le président s’est entretenu par téléphone avec Tawadros II, patriarche des coptes orthodoxes d'Égypte, et lui a assuré qu’il considérait "toute attaque contre l'église comme une attaque personnelle", a indiqué la télévision d'État dimanche soir.

"La protection des citoyens, musulmans et chrétiens, est la responsabilité de l'État", a ajouté Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans.

Dans un communiqué, le président islamiste a confirmé dimanche soir sa condamnation des violences et a annoncé avoir demandé "une enquête immédiate".
 

Première publication : 07/04/2013

  • ÉGYPTE

    Violences confessionnelles meurtrières près du Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les plaintes pour insulte au président se multiplient dans l'Égypte de Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des heurts entre pro et anti-Morsi font une dizaine de blessés en Égypte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)