Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 1)

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile prête à faire face au "Snowmaggedon"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quelle marge de manœuvre pour Tsipras ?

En savoir plus

EUROPE

Dépendre des aides sociales est "un choix de vie", selon David Cameron

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2013

Ventant les mérites de sa réforme du système de prestations sociales, le Premier ministre britannique, David Cameron, a déclaré dans une lettre publiée dimanche que vivre de l'État-providence était devenu "un choix de style de vie" pour certains.

Le Premier ministre britannique conservateur David Cameron a défendu dimanche sa réforme en profondeur du système de prestations sociales, affirmant que dépendre de l'Etat-providence était devenu "un choix de style de vie" pour certains de ses concitoyens.

"L'Etat-providence a été inventé pour aider les personnes à sortir de la pauvreté, mais il a piégé trop de gens en les maintenant dans ce système. Il devait être une mesure provisoire en période difficile, mais il est devenu un choix de style de vie pour certains", a estimé M. Cameron dans une lettre publiée dimanche dans le tabloïd The Sun.

Le système des prestations sociales "a été conçu pour nous rassembler, il crée au contraire du ressentiment", a-t-il jugé.

"Personne ne veut travailler dur et voir ses revenus âprement gagnés utiliser à financer des choses qu'il ne peut pas s'offrir ou à maintenir dans la dépendance des générations", a-t-il poursuivi, défendant sa réforme du système des prestations sociales qui entre en vigueur ce mois-ci.

"Nous faisons de grands changements. Ce sont des changements dictés par un principe simple: rétablir la justice qui devrait être au coeur de notre système social et de notre fiscalité", a assuré M. Cameron. "Nous disons à toute personne qui travaille dur dans notre pays: nous sommes à vos côtés."

Cette réforme de l'Etat-providence, la plus importante depuis plusieurs décennies au Royaume-Uni, prévoit notamment un plafond du montant des allocations versées à une personne en âge de travailler (16-64 ans), une diminution de l'aide au logement dans le cas où un foyer dispose d'un logement social plus grand que ses besoins et une refonte de l'aide aux personnes handicapées.

Elle s'inscrit dans le cadre de la politique du gouvernement de réduction des dépenses destinée à diminuer le déficit public et vise à inciter des Britanniques à retrouver du travail, selon M. Cameron.

L'opposition travailliste a elle accusé le gouvernement d'imposer, avec cette réforme, une baisse de ressources "choquantes" à des millions de personnes.

AFP

Première publication : 07/04/2013

  • LIBYE

    Visite surprise de David Cameron à Tripoli

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Cameron promet un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)