Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Asie - pacifique

L’ex-président pakistanais Musharraf autorisé à se présenter aux législatives

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

En dépit de plusieurs procédures judiciaires à son encontre, Pervez Musharraf est candidat aux élections générales dans la circonscription de Chitral dans le nord du Pakistan. Après quatre ans d’exil, il est arrivé dans son pays le 24 mars dernier.

À peine rentré au Pakistan, Pervez Musharraf fait son retour sur la scène politique. Après quatre ans d’exil entre Londres et Dubaï, l'ancien président pakistanais a été autorisé, dimanche 7 avril, à se présenter aux élections législatives dans la circonscription de Chitral, petite ville du nord du pays où il a toutes ses chances d'être élu. Le premier tour du scrutin aura lieu le 11 mai.

Mis en cause pour les meurtres du chef indépendantiste de la province instable du Baloutchistan Akbar Bugti, en 2006, et de Benazir Bhutto, en 2007, cette candidature pourrait surprendre, mais les fonctionnaires de la circonscription de Chitral disent n’appliquer que la loi. "Ses documents sont en règle. Il n'est pas condamné pour le moment donc nous ne pouvons le disqualifier", a déclaré l'assesseur électoral Jamal Khan.

Bien que la justice pakistanaise ait gelé temporairement les mandats d'arrêt contre Pervez Musharraf, le sursis pourrait être de courte durée. La Cour suprême a ordonné la comparution dès mardi de l'ancien président dans le cadre d'une audience sur des allégations de "trahison". Des avocats lui reprochent d'avoir "trahi" la Constitution en imposant l'état d'urgence à la suite du coup d'État l'ayant porté au pouvoir en 1999.

Candidat dans trois autres circonscriptions

En parallèle, une autre candidature de Musharraf aux législatives, dans la circonscription rurale de Kasur, située dans la province du Pendjab, a été, cette fois-ci, "rejetée" car des avocats ont déposé des plaintes formelles contre l'ancien président en vertu des articles 62 et 63 de la Constitution.

Même chose dans son fief de Karachi où un représentant de son parti, l'APML (All Pakistan Muslim League), a dénoncé une "décision partiale".

Dans le système pakistanais, une personne peut être candidate dans plusieurs circonscriptions pour la même élection. La plainte à Kasur n'a donc aucun impact pour l'instant sur la candidature de Musharraf à Islamabad où une décision est attendue.

Menaces de mort des Taliban

En plus de ses ennuis judiciaires, Musharraf est également sous le coup de menaces proférées par les Taliban qui ont prévenu, avant son retour d’exil il y a deux semaines, qu’ils le tueraient s’il rentrait au Pakistan.

"Je ne me sens pas nerveux, mais je suis préoccupé par certaines inconnues" liées au "terrorisme", à l'"extrémisme", aux "procédures judiciaires" et à "mon résultat aux élections", avait alors déclaré l’ex-chef de l’État, juste avant de fouler à nouveau le sol pakistanais.

Contraint à la démission en 2008 après des législatives perdues par son parti, Pervez Musharraf a survécu à trois attentats durant ses années au pouvoir.

Avec dépêches

Première publication : 07/04/2013

  • PAKISTAN

    Après plus de quatre ans d’exil, Pervez Musharraf rentre au Pakistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ex-président Pervez Musharraf visé par un mandat d'arrêt

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Trois djihadistes présumés expulsés par le Pakistan vers la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)