Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

FRANCE

Les Alsaciens se prononcent par référendum sur la fusion des collectivités territoriales

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/04/2013

Les Alsaciens se prononcent par référendum, ce dimanche, sur la fusion de leurs deux départements avec le Conseil régional. Une première en France depuis l’adoption en 2010 de la loi sur la réforme des collectivités territoriales.

C’est un référendum inédit. Près de 1,3 million d’Alsaciens sont appelés dimanche 7 avril à répondre à cette question : "Approuvez-vous le projet de création d’une collectivité territoriale d’Alsace, par fusion du conseil régional d’Alsace, du conseil général du Bas-Rhin et du conseil général du Haut-Rhin ?" En d’autres termes, à dire "oui" ou "non" à une union de leurs collectivités territoriales en un conseil unique. Une mesure qui, si elle est approuvée, devrait permettre 30 millions d’euros d’économie sur cinq ans. À la mi-journée, le taux de participation n'était que de 9,19% dans le Bas-Rhin, et 11,16% dans le Haut-Rhin.

En cas d’adoption, la région ne comptera plus que trois organes institutionnels, contre sept actuellement : l’Assemblée d’Alsace, le Conseil exécutif d’Alsace et le Conseil économique, social et environnemental. La nouvelle Collectivité territoriale d’Alsace - réunissant le conseil régional et les deux conseils généraux - sera mise en place d’ici 2015.

Un débat aux lignes de clivage brouillées

Pour les partisans du "oui", dont le président du Conseil régional Philippe Richert (UMP) est le principal représentant, cette réforme donnerait davantage de poids à la région. Selon eux, elle permettrait également de mieux coordonner la gestion des transports publics régionaux, celle des collèges et lycées ou de prestations sociales comme le RSA. Selon Europe-Écologie, il s'agit de favoriser une "Alsace grandeur nature".

Dans le camp des "non", qui réunit les deux extrêmes de l'échiquier politique (Front de gauche et Front national), une bonne partie des socialistes ainsi que quelques élus UMP, on redoute cependant que cette fusion remette en cause le droit du travail national.

La participation, acteur-clé du scrutin

Pour être adopté, ce projet doit être entériné par au moins un quart des électeurs inscrits dans chacun des deux départements d’Alsace, la plus petite région de France.

Selon un sondage publié début mars, le "oui" pourrait recueillir près des trois-quarts des suffrages exprimés, mais une participation particulièrement faible dans le Haut-Rhin pourrait éventuellement bloquer le projet. Dans l'hypothèse de participation la plus pessimiste de ce sondage, le "oui" rassemblerait 30% des inscrits dans le Bas-Rhin, mais tout juste le seuil légal des 25% dans le Haut-Rhin.

Depuis l’adoption de la loi de réforme des collectivités territoriales en décembre 2010, l'Alsace est la première région à franchir le pas de la consultation populaire. Mais d’autres pourraient bien suivre son exemple, comme la Bretagne, la Normandie ou encore la Corse.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 07/04/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)