Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

Economie

Au nom du secret-défense, la DCRI veut censurer une page Wikipédia

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 07/04/2013

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) est accusée par l'hébergeur de Wikipédia d'avoir fait pression sur un administrateur pour supprimer un article qui contient des informations sur une station de télécommunication militaire.

Pour obtenir la suppression d’un article publié sur Wikipédia, le contre-espionnage français - la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) - a menacé un administrateur du site, selon la Wikimédia Foundation. Cette organisation à but non lucratif, qui est basée aux États-Unis et qui possède les serveurs hébergeant Wikipédia, a annoncé samedi 6 avril qu’elle avait été contactée en mars dernier par la DCRI pour enlever une page portant sur une station hertzienne militaire située dans le Puy-de-Dôme et dédiée aux communications interarmées.

D’après les services de renseignement français, cet article contenait des "informations militaires classées" qui violaient le code pénal. La Wikimédia Foundation s’est étonnée d’une telle demande car la page concernée était en ligne depuis juillet 2009 et ses données s’appuyaient sur un reportage vidéo réalisée par Télévision Loire 7 et disponible publiquement.

"Nous avons demandé plus d’informations à la DCRI. […] Malheureusement, elle a refusé d’apporté plus de précisions et a redemandé que l’article soit effacé dans son intégralité", a expliqué dans un communiqué la Fondation, qui a finalement décidé de ne pas supprimer l’article.

La page Wikipédia incriminée
© Wikipédia

"Sous la menace"

Face à ce refus, la DCRI a opté pour une autre tactique pour effacer la page sur la station militaire. Elle a convoqué dans ses locaux début avril le contributeur et président de Wikimédia France, Remi Mathis, qui exerce dans la vie la profession de conservateur à la Bibliothèque nationale de France (BNF).

Comme le raconte Wikimédia France sur son site Internet, "ce bénévole a été contraint de supprimer devant les agents l’article incriminé, sous peine d’être placé sur le champ en garde à vue et mis en examen, et ce en dépit de ses explications sur le fonctionnement de Wikipédia".

Choqué par cette méthode, l’association française dénonce aujourd’hui les agissements de la DCRI : "Wikimédia France ne comprend pas et n’admet pas que l’on utilise intimidation et méthodes expéditives contre un bénévole œuvrant pour un accès libre et gratuit à la connaissance pour le plus grand nombre".

Interrogé à ce sujet, le ministère de l’Intérieur a contesté samedi auprès de l'AFP toute "menace". "Dans un état de droit, on ne peut pas assimiler à une menace l'engagement d'une procédure judiciaire" à propos d'un "passage qui pose problème à la sécurité nationale", se justifie le ministère

L’effet Streisand

La méthode employée par la DCRI s’est finalement retournée contre les services de renseignement. La page a de nouveau été mise en ligne dans la nuit du 5 au 6 avril par un contributeur de Wikipédia. Elle a depuis été traduite en anglais et en allemand.

Alors que cet article demeurait jusqu’à présent confidentiel, il est désormais l’un des plus lu sur le site Internet. Dans les dernières 24 heures, il a été consulté à 76 000 reprises selon les chiffres fournis par Wikiscan.

Ce phénomène est appelé dans le monde du Web l’effet Streisand. Comme le défini Wikipédia, "il se manifeste par l’augmentation considérable de la diffusion d’informations ou de documents par le simple fait d’avoir été l’objet d’une tentative de retrait ou de censure". Il tient son nom de la célèbre chanteuse Barbra Streisand. En 2003, cette artiste américaine avait attaqué en justice un photographe afin de limiter la diffusion d’un cliché aérien de sa maison. Mais cette procédure avait finalement accru la popularité de cette photographie, qui s’était propagée sur Internet.

Première publication : 07/04/2013

  • SUR LES BLOGS

    Et si Google tuait Wikipedia ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Wikipédia se perd aussi dans les méandres de la guerre des chefs à l’UMP

    En savoir plus

  • INTERVIEW

    Pour le fondateur de Wikipédia, "il est nécessaire d’attirer des gens de profils différents"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)