Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Kaboul condamne un bombardement meurtrier de l'Otan dans l'est de l'Afghanistan

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2013

Un bombardement de l'Otan a tué samedi onze enfants dans l'est de l'Afghanistan. Le président Hamid Karzaï a condamné cette bavure et réitéré ses appels à cesser les attaques aériennes sur des zones d'habitations.

Le président Hamid Karzaï a "fermement condamné" dimanche un bombardement de l'Otan samedi dans l'est de l'Afghanistan qui a tué onze enfants afghans, malgré de multiples injonctions de sa part à cesser les attaques aériennes sur des zones d'habitations.

"Tout en condamnant l'utilisation de civils comme boucliers, le président a dénoncé toute opération qui cause la mort de civils", peut-on lire dans un communiqué de la présidence afghane, ajoutant qu'une "délégation" se rendrait sur les lieux pour enquêter.

L'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan, qui indiquait jusqu'alors que "jusqu'à dix femmes et enfants avaient été blessés mais non pas tués", selon l'un de ses porte-parole dimanche après-midi, a déclaré quelques heures plus tard qu'elle "prenait acte des informations sur la mort de dix enfants", selon un autre de ses communicants.

"Nous rassemblons les faits pour comprendre ce qui s'est produit. Nous prenons chaque perte civile très au sérieux", a poursuivi cet autre porte-parole.

Un premier bilan, confirmé par trois responsables de la province du Kunar, l'un des bastions talibans de l'Est du pays où l'incident s'est produit, faisait état de 10 enfants morts, auxquels s'ajoutait la mort d'une femme, selon d'une de ces sources.

Le bombardement s'est produit alors qu'un combat intense opposait des troupes afghanes et américaines à des insurgés talibans dans le district de Shigal, selon plusieurs sources afghanes et l'Isaf.

"Avant le bombardement, un Américain a été tué et quatre membres des forces de sécurité afghanes ont été blessés dans une attaque des insurgés", a commenté Wasifullah Wasifi, le porte-parole du gouvernement provincial du Kunar.

La mort d'un civil américain dans l'Est afghan a été annoncée samedi par les forces armées américaines par communiqué, sans plus de précisions. Le porte-parole de l'Isaf a confirmé à l'AFP qu'il s'agissait bien du même incident.

"On nous tirait dessus depuis plusieurs maisons de la zone. Un Américain a été tué et plusieurs de nos hommes blessés. La force de la coalition a répondu par un bombardement", a expliqué une source sécuritaire afghane présente pendant l'opération.

"Nous ne savions pas qu'il y avait des femmes et des enfants dans la maison. Les talibans les ont utilisés comme des boucliers", a poursuivi cet homme sous couvert d'anonymat.

Selon Abdul Zahir, le gouverneur du district de Shigal, où les combats ont eu lieu, les villageois à Asa Abad, capitale du Kunar, ont fait état de dix cadavres d'enfants, alors que six femmes ont été prises en charge à l'hôpital provincial.

Selon Sayed Rahman, reponsable de la sécurité de Shigal, une femme aurait également péri dans le bombardement.

Abdulqahar Balkhi, un porte-parole des talibans, a regretté sur twitter la mort de "22 civils innocents devenus martyrs à cause d'un bombardement des terroristes américains et de l'Otan", dont "15 membres d'une même famille".

Les bombardements sont un motif de colère constant d'Hamid Karzaï à l'égard de la force internationale, qui porte son gouvernement à bout de bras.

Début février, le chef de l'Etat afghan avait interdit à ses forces armées de solliciter l'appui aérien de l'Otan, après que dix femmes et enfants eurent trouvé la mort dans le Kunar.

Malgré onze années de présence de la coalition de l'Otan, qui les a chassés du pouvoir, les talibans n'ont toujours pas été mis hors de combat. Ils poursuivent leur guérilla contre les forces internationales et contre les forces gouvernementales afghanes, principalement dans le sud et l'est du pays.

Avril marque le début de la "saison des combats" en Afghanistan, après un hiver rigoureux généralement plus calme.

Samedi, cinq autres membres de la coalition, trois militaires et deux civils, sont également morts au cours d'une attaque à la voiture piégée dans le sud du pays, faisant de cette journée la plus meurtrière pour la coalition internationale en près de huit mois.
 

AFP

Première publication : 08/04/2013

  • AFGHANISTAN

    Double attentat en Afghanistan en marge de la visite du secrétaire américain à la Défense

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    L'ONU ouvre une enquête sur les frappes de drones

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Barack Obama précise le calendrier de retrait des troupes américaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)