Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Asie - pacifique

Séoul dément l'imminence d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2013

Le secrétaire général des Nations unies a appelé lundi la Corée du Nord à éviter toute nouvelle provocation. Séoul a suggéré que son voisin se préparait à effectuer sous peu un double essai nucléaire avant de se rétracter.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a appelé lundi la Corée du Nord à éviter toute "nouvelle provocation" alors que Séoul a assuré plus tôt dans la journée que son voisin du Nord se prépare à effectuer un tir d'essai de missile balistique.

"Je les appelle d'urgence à ne pas prendre de mesures qui seraient une nouvelle provocation", a-t-il déclaré à la presse à la suite d'une rencontre à La Haye avec le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans : "c'est un appel urgent et honnête de la part de la communauté internationale, moi inclus".

"La République populaire démocratique de Corée ne peut pas continuer comme cela, elle ne peut pas continuer à confronter et défier l'autorité du Conseil de sécurité et de la communauté internationale", a-t-il ajouté.

Furieuse du nouveau train de sanctions adopté par l'ONU après son nouvel essai nucléaire début février et des manoeuvres militaires conjointes en cours entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, la Corée du Nord a multiplié les déclarations belliqueuses.

Elle a récemment installé deux missiles de moyenne portée sur sa côte est et pourrait effectuer prochainement un tir d'essai dans une surenchère destinée à obtenir des concessions de la part de Washington, par exemple sur une reprise sans condition des négociations sur le nucléaire civil.

La Corée du Sud avait en outre suggéré lundi matin que Pyongyang se préparait à effectuer d'ici peu un double essai nucléaire mais Séoul s'est rétracté plus tard dans la journée en disant que les activités constatées autour du site atomique nord-coréen de de Punggye-ri semblaient être des "activités de routine".

"J'ai à plusieurs reprises exprimé ma grande préoccupation quant à la rhétorique inflammatoire de Pyongyang, qui a déjà été trop loin", a également déclaré le secrétaire général de l'ONU : "il est temps pour toutes les parties concernées de diminuer les tensions".

"J'ai averti la République populaire démocratique de Corée qu'effectuer des menaces à l'aide d'armes nucléaires n'est pas un jeu", a-t-il ajouté. "Le Conseil de sécurité a envoyé un message sans ambiguïtés : la communauté internationale ne tolérera pas ces ambitions nucléaires".

Par mesure d'apaisement et afin de laisser à Pyongyang la seule responsabilité de l'escalade, Washington avait annoncé samedi le report d'un essai de Minuteman 3, missile balistique intercontinental à capacité nucléaire, qui devait être tiré cette semaine depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie.

Pékin, seul allié de poids du régime nord-coréen, a elle aussi déjà implicitement adressé une sévère mise en garde à son voisin, dont l'économie exsangue vit sous perfusion chinoise.

Pyongyang a transporté en train vers la côte est, en début de semaine dernière, deux missiles Musudan et les a installés sur des véhicules équipés d'un dispositif de tir, selon Séoul. Le Musudan aurait une portée théorique de 3.000 kilomètres, soit la capacité d'atteindre la Corée du Sud ou le Japon.

L'engin pourrait toucher des cibles à 4.000 km en cas de charge légère, et donc, en principe, frapper Guam, île du Pacifique située à 3.380 km de la Corée du Nord et où se trouvent 6.000 soldats américains.

AFP

Première publication : 08/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Face aux tensions avec Pyongyang, Washington reporte un essai nucléaire

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La Corée du Nord invite les ambassadeurs étrangers à "envisager une évacuation"

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang installe un second missile de moyenne portée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)