Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Afrique

Denis Sassou Nguesso dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

Depuis Paris, le président congolais a appelé la France à ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres États. Des juges enquêtent sur les conditions dans lesquelles Denis Sassou Nguesso aurait acquis un important patrimoine en France.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, qui a été reçu lundi à Paris par le président François Hollande, dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis".

"Ce que nous voulons rappeler, c'est que le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international est celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures", a déclaré le chef de l'État congolais à l'issue d'un entretien de plus d'une heure avec son homologue français.

"Même s'il y avait délit établi, détournement ou corruption, je pense que la justice française n'est pas habilitée à traiter des délits qui se produisent au Congo, a insisté un peu plus tard Denis Sassou Nguesso, lors d'un entretien à FRANCE 24. Pas plus que la justice congolaise ne pourrait venir en France prendre des affaires pour les traiter à Brazzaville. C'est le principe de non-ingérence et il est clairement établi comme ça."

L'entretien de France 24 avec Denis Sassou Nguesso

Paris souhaite "une transparence renforcée"

Deux juges parisiens enquêtent actuellement sur les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier aurait été acquis en France par Denis Sassou Nguesso, mais aussi l'ancien président gabonais Omar Bongo et le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, ainsi que certains de leurs proches.

Interrogé par FRANCE 24, le président congolais a dit être victime d'un "traitement injuste" de la part des juges français et des médias. "Mais cela ne nous retire pas le sommeil !", a-t-il précisé, assurant avoir "la conscience tranquille".

Denis Sassou Nguesso et François Hollande ont également discuté ce lundi de la coopération entre les deux pays, "qui se porte bien", selon le responsable congolais. Dans un communiqué, la présidence française a indiqué, de son côté, qu'il avait "été convenu de poursuivre le développement des relations économiques entre la France et le Congo", mais "dans un cadre de transparence renforcée".

Une prise de pouvoir par la force "illégale"

Concernant la situation en République centrafricaine, les deux chefs d'État ont par ailleurs constaté "l'illégalité d'une prise de pouvoir par la force", selon l'Élysée.

"Nous avons dénoncé le coup d'État en Centrafrique et avons proposé une autre démarche plus consensuelle au responsable de la Séléka, Michel Djotodia, a précisé Denis Sassou Nguesso sur FRANCE 24. Nous voulons qu'il y ait des institutions de transition avec un peu plus de légitimité. Un Parlement de transition va être mis en place dans quelques jours, quelques semaines. Il va préparer une Constitution et élire un président de transition."

Le président français a également "remercié son homologue congolais pour le soutien politique et logistique apporté aux forces africaines et à la France dans le cadre de l'opération de libération du nord du Mali".

Avec dépêches

 

Première publication : 08/04/2013

  • FRANCE - AFRIQUE

    La justice française va pouvoir enquêter sur l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU crée une force armée pour combattre les rebelles dans l'est de la RDC

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)