Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Afrique

Denis Sassou Nguesso dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

Depuis Paris, le président congolais a appelé la France à ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres États. Des juges enquêtent sur les conditions dans lesquelles Denis Sassou Nguesso aurait acquis un important patrimoine en France.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, qui a été reçu lundi à Paris par le président François Hollande, dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis".

"Ce que nous voulons rappeler, c'est que le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international est celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures", a déclaré le chef de l'État congolais à l'issue d'un entretien de plus d'une heure avec son homologue français.

"Même s'il y avait délit établi, détournement ou corruption, je pense que la justice française n'est pas habilitée à traiter des délits qui se produisent au Congo, a insisté un peu plus tard Denis Sassou Nguesso, lors d'un entretien à FRANCE 24. Pas plus que la justice congolaise ne pourrait venir en France prendre des affaires pour les traiter à Brazzaville. C'est le principe de non-ingérence et il est clairement établi comme ça."

L'entretien de France 24 avec Denis Sassou Nguesso

Paris souhaite "une transparence renforcée"

Deux juges parisiens enquêtent actuellement sur les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier aurait été acquis en France par Denis Sassou Nguesso, mais aussi l'ancien président gabonais Omar Bongo et le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, ainsi que certains de leurs proches.

Interrogé par FRANCE 24, le président congolais a dit être victime d'un "traitement injuste" de la part des juges français et des médias. "Mais cela ne nous retire pas le sommeil !", a-t-il précisé, assurant avoir "la conscience tranquille".

Denis Sassou Nguesso et François Hollande ont également discuté ce lundi de la coopération entre les deux pays, "qui se porte bien", selon le responsable congolais. Dans un communiqué, la présidence française a indiqué, de son côté, qu'il avait "été convenu de poursuivre le développement des relations économiques entre la France et le Congo", mais "dans un cadre de transparence renforcée".

Une prise de pouvoir par la force "illégale"

Concernant la situation en République centrafricaine, les deux chefs d'État ont par ailleurs constaté "l'illégalité d'une prise de pouvoir par la force", selon l'Élysée.

"Nous avons dénoncé le coup d'État en Centrafrique et avons proposé une autre démarche plus consensuelle au responsable de la Séléka, Michel Djotodia, a précisé Denis Sassou Nguesso sur FRANCE 24. Nous voulons qu'il y ait des institutions de transition avec un peu plus de légitimité. Un Parlement de transition va être mis en place dans quelques jours, quelques semaines. Il va préparer une Constitution et élire un président de transition."

Le président français a également "remercié son homologue congolais pour le soutien politique et logistique apporté aux forces africaines et à la France dans le cadre de l'opération de libération du nord du Mali".

Avec dépêches

 

Première publication : 08/04/2013

  • FRANCE - AFRIQUE

    La justice française va pouvoir enquêter sur l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU crée une force armée pour combattre les rebelles dans l'est de la RDC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)