Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Afrique

Denis Sassou Nguesso dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

Depuis Paris, le président congolais a appelé la France à ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures d'autres États. Des juges enquêtent sur les conditions dans lesquelles Denis Sassou Nguesso aurait acquis un important patrimoine en France.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, qui a été reçu lundi à Paris par le président François Hollande, dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis".

"Ce que nous voulons rappeler, c'est que le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international est celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures", a déclaré le chef de l'État congolais à l'issue d'un entretien de plus d'une heure avec son homologue français.

"Même s'il y avait délit établi, détournement ou corruption, je pense que la justice française n'est pas habilitée à traiter des délits qui se produisent au Congo, a insisté un peu plus tard Denis Sassou Nguesso, lors d'un entretien à FRANCE 24. Pas plus que la justice congolaise ne pourrait venir en France prendre des affaires pour les traiter à Brazzaville. C'est le principe de non-ingérence et il est clairement établi comme ça."

L'entretien de France 24 avec Denis Sassou Nguesso

Paris souhaite "une transparence renforcée"

Deux juges parisiens enquêtent actuellement sur les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier aurait été acquis en France par Denis Sassou Nguesso, mais aussi l'ancien président gabonais Omar Bongo et le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, ainsi que certains de leurs proches.

Interrogé par FRANCE 24, le président congolais a dit être victime d'un "traitement injuste" de la part des juges français et des médias. "Mais cela ne nous retire pas le sommeil !", a-t-il précisé, assurant avoir "la conscience tranquille".

Denis Sassou Nguesso et François Hollande ont également discuté ce lundi de la coopération entre les deux pays, "qui se porte bien", selon le responsable congolais. Dans un communiqué, la présidence française a indiqué, de son côté, qu'il avait "été convenu de poursuivre le développement des relations économiques entre la France et le Congo", mais "dans un cadre de transparence renforcée".

Une prise de pouvoir par la force "illégale"

Concernant la situation en République centrafricaine, les deux chefs d'État ont par ailleurs constaté "l'illégalité d'une prise de pouvoir par la force", selon l'Élysée.

"Nous avons dénoncé le coup d'État en Centrafrique et avons proposé une autre démarche plus consensuelle au responsable de la Séléka, Michel Djotodia, a précisé Denis Sassou Nguesso sur FRANCE 24. Nous voulons qu'il y ait des institutions de transition avec un peu plus de légitimité. Un Parlement de transition va être mis en place dans quelques jours, quelques semaines. Il va préparer une Constitution et élire un président de transition."

Le président français a également "remercié son homologue congolais pour le soutien politique et logistique apporté aux forces africaines et à la France dans le cadre de l'opération de libération du nord du Mali".

Avec dépêches

 

Première publication : 08/04/2013

  • FRANCE - AFRIQUE

    La justice française va pouvoir enquêter sur l'affaire des "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville

    En savoir plus

  • RD CONGO

    L'ONU crée une force armée pour combattre les rebelles dans l'est de la RDC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)