Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang retire ses employés du complexe industriel de Kaesong

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

La Corée du Nord a annoncé la suspension temporaire des activités du site industriel intercoréen de Kaesong et le retrait de ses employés. Une décision qualifiée "d'injustifiable" par Séoul, alors que la tension reste vive dans la péninsule.

Pyongyang a annoncé lundi 8 avril la suspension des activités du complexe industriel intercoréen de Kaesong et le retrait du site des 53 000 employés nord-coréens, nouveau signe de la tension régnant dans la péninsule. Séoul, qui a multiplié les déclarations contradictoires sur l'éventualité d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, a qualifié ces décisions "d'injustifiables".

"Nous allons retirer tous nos employés de la zone" de Kaesong, a annoncé Kim Yang-gon, un haut responsable du Parti communiste. Pyongyang va aussi "suspendre temporairement les activités" de ce site industriel qui se trouve à 10 kilomètres de la frontière, en territoire nord-coréen, et "étudier la question" de la poursuite de son activité ou de sa fermeture, a-t-il ajouté.

"Une décision unilatérale injustifiable"

Séoul a réagi vivement à ces annonces de Pyongyang. "La décision unilatérale de la Corée du Nord de faire appliquer cette décision ne peut être justifiée de quelque manière que ce soit et la Corée du Nord sera tenue responsable de toutes les conséquences", a déclaré le ministère sud-coréen de l'Unification.

Précieuse source de devises étrangères, le complexe intercoréen de Kaesong n'a fermé ses portes qu'à une seule reprise depuis sa création en 2004 - une journée en 2009 - malgré les crises répétées sur la péninsule. Pyongyang en avait alors bloqué l'accès pour protester contre des manœuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes.

Depuis mercredi dernier, le Nord interdit l'accès de Kaesong au personnel sud-coréen et aux camions de livraison. Pour le moment, 13 des 123 entreprises sud-coréennes présentes sur le site ont interrompu leur production, faute de matières premières. Plus de 300 cadres sud-coréens ont également quitté le complexe depuis le milieu de la semaine dernière.

Séoul dément l'imminence d'un quatrième essai nucléaire

Ces annonces interviennent alors que des déclarations contradictoires se sont succédé lundi à Séoul sur la question de l'imminence d'un quatrième essai nucléaire nord-coréen, moins de deux mois après le troisième.

La Corée du Sud a démenti s'attendre à un quatrième essai. Plus tôt, un journal sud-coréen avait pourtant fait état de mouvements sur le site d'expérimentation atomique nord-coréen similaires à ceux ayant eu lieu avant les précédents essais.

"Nous n'avons pas relevé de mouvements inhabituels qui nous donneraient à penser que (la Corée du Nord) a l'intention de procéder à un essai nucléaire", a déclaré un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

Un contexte de fortes tensions

Furieux du nouveau train de sanctions adopté par l'ONU après l'essai nucléaire de février et des manœuvres militaires conjointes en cours entre les États-Unis et la Corée du Sud, Pyongyang a multiplié ces dernières semaines les déclarations belliqueuses.

Le régime communiste a notamment menacé d'effectuer des frappes, y compris nucléaires, sur des intérêts américains.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé lundi la Corée du Nord à éviter toute "nouvelle provocation".

Avec dépêches

 

Première publication : 08/04/2013

  • COMMERCE

    Le complexe de Kaesong, thermomètre économique des relations entre les deux Corées

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Séoul dément l'imminence d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Face aux tensions avec Pyongyang, Washington reporte un essai nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)