Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang retire ses employés du complexe industriel de Kaesong

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

La Corée du Nord a annoncé la suspension temporaire des activités du site industriel intercoréen de Kaesong et le retrait de ses employés. Une décision qualifiée "d'injustifiable" par Séoul, alors que la tension reste vive dans la péninsule.

Pyongyang a annoncé lundi 8 avril la suspension des activités du complexe industriel intercoréen de Kaesong et le retrait du site des 53 000 employés nord-coréens, nouveau signe de la tension régnant dans la péninsule. Séoul, qui a multiplié les déclarations contradictoires sur l'éventualité d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, a qualifié ces décisions "d'injustifiables".

"Nous allons retirer tous nos employés de la zone" de Kaesong, a annoncé Kim Yang-gon, un haut responsable du Parti communiste. Pyongyang va aussi "suspendre temporairement les activités" de ce site industriel qui se trouve à 10 kilomètres de la frontière, en territoire nord-coréen, et "étudier la question" de la poursuite de son activité ou de sa fermeture, a-t-il ajouté.

"Une décision unilatérale injustifiable"

Séoul a réagi vivement à ces annonces de Pyongyang. "La décision unilatérale de la Corée du Nord de faire appliquer cette décision ne peut être justifiée de quelque manière que ce soit et la Corée du Nord sera tenue responsable de toutes les conséquences", a déclaré le ministère sud-coréen de l'Unification.

Précieuse source de devises étrangères, le complexe intercoréen de Kaesong n'a fermé ses portes qu'à une seule reprise depuis sa création en 2004 - une journée en 2009 - malgré les crises répétées sur la péninsule. Pyongyang en avait alors bloqué l'accès pour protester contre des manœuvres militaires conjointes américano-sud-coréennes.

Depuis mercredi dernier, le Nord interdit l'accès de Kaesong au personnel sud-coréen et aux camions de livraison. Pour le moment, 13 des 123 entreprises sud-coréennes présentes sur le site ont interrompu leur production, faute de matières premières. Plus de 300 cadres sud-coréens ont également quitté le complexe depuis le milieu de la semaine dernière.

Séoul dément l'imminence d'un quatrième essai nucléaire

Ces annonces interviennent alors que des déclarations contradictoires se sont succédé lundi à Séoul sur la question de l'imminence d'un quatrième essai nucléaire nord-coréen, moins de deux mois après le troisième.

La Corée du Sud a démenti s'attendre à un quatrième essai. Plus tôt, un journal sud-coréen avait pourtant fait état de mouvements sur le site d'expérimentation atomique nord-coréen similaires à ceux ayant eu lieu avant les précédents essais.

"Nous n'avons pas relevé de mouvements inhabituels qui nous donneraient à penser que (la Corée du Nord) a l'intention de procéder à un essai nucléaire", a déclaré un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

Un contexte de fortes tensions

Furieux du nouveau train de sanctions adopté par l'ONU après l'essai nucléaire de février et des manœuvres militaires conjointes en cours entre les États-Unis et la Corée du Sud, Pyongyang a multiplié ces dernières semaines les déclarations belliqueuses.

Le régime communiste a notamment menacé d'effectuer des frappes, y compris nucléaires, sur des intérêts américains.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé lundi la Corée du Nord à éviter toute "nouvelle provocation".

Avec dépêches

 

Première publication : 08/04/2013

  • COMMERCE

    Le complexe de Kaesong, thermomètre économique des relations entre les deux Corées

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Séoul dément l'imminence d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Face aux tensions avec Pyongyang, Washington reporte un essai nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)