Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Amériques

Présidentielle au Venezuela : les deux camps mobilisent leurs partisans

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2013

Henrique Capriles, le candidat de l'opposition à la présidentielle au Venezuela, a mobilisé dimanche des milliers de partisans à Caracas. Mais sans surprise, à une semaine du scrutin, c'est le dauphin d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro, qui est en tête.

Des dizaines de milliers de partisans du candidat de l’opposition à l’élection présidentielle du 14 avril, Henrique Capriles, se sont rassemblés dimanche dans les rues de Caracas, la capitale vénézuelienne.

Pour cette démonstration de force, l’avenue Bolivar, lieu de rassemblement historique des "chavistes", les supporters du président Hugo Chavez mort d’un cancer le 5 mars dernier, était ornée de bleu, de jaune et de rouge, les couleurs de la campagne d’Henrique Capriles.

À 40 ans, ce jeune gouverneur de l’État de Miranda mène sa deuxième campagne présidentielle après avoir été battu en octobre dernier par Hugo Chavez.

"Nous allons aujourd’hui submerger notre capitale de bonheur et d’espoir", a-t-il déclaré devant ses partisans. "Donnez-moi un vote de confiance. (…) Aujourd’hui nous sommes en train de gagner. Il y a 20 jours, les gens pensaient que c’était impossible", a-t-il ajouté.

Henrique Capriles a même demandé aux partisans du défunt président de voter pour lui : "Nicolas (NDLR : Maduro le président par intérim et dauphin d’Hugo Chavez) n’est pas Chavez. Je ne suis pas l’opposition, je suis la solution". Mais à une semaine du scrutin, Henrique Capriles est distancé dans les sondages. Nicolas Maduro a au moins dix points d’avance selon les dernières estimations.

Nicolas Maduro en tête dans les sondages

Le candidat du camp chaviste a lui aussi participé dimanche 7 avril à une manifestation massive dans l’État d’Apure dans l’ouest du pays. L’ancien conducteur de bus n’a cessé d’invoquer la mémoire de l’ancien chef d’État vénézuélien au cours de son discours. Il a même diffusé une vidéo datée de décembre dans laquelle Hugo Chavez le désignait comme son successeur.

"Il nous protège", a ainsi déclaré Nicolas Maduro. "Il nous a appris la valeur suprême de la loyauté. Avec elle tout est possible. La trahison n’apporte que des défaites et des malédictions", a-t-il ajouté.

Le président par intérim a de nouveau accusé l’opposition de vouloir fomenter un asssassinat contre sa personne. Nicolas Maduro a aussi visé le gouvernement américain qui, selon lui, a prévu de tuer son adversaire Henrique Capriles pour lui faire porter la responsabilité de ce meurtre.

Avec dépêches

Première publication : 08/04/2013

  • VENEZUELA

    Maduro fait planer l’ombre de Chavez sur la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Caracas exhorte Obama à déjouer un "complot" visant à assassiner l'opposant Capriles

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Hugo Chavez ne sera finalement pas embaumé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)