Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

MODE

Madrid fashion week : les créateurs espagnols s'affirment

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 09/04/2013

Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo

Le président congolais Denis Sassou Nguesso est l’invité de Jean-Karim Fall, à l’occasion de sa visite officielle à Paris. Alors que l’enquête judiciaire en France sur les "biens mal acquis" empoisonne les relations entre Paris et Brazzaville, Denis Sassou Nguesso s’irrite de l’ingérence de la justice française dans les affaires intérieures du Congo.

Le dossier des "biens mal acquis" a été "très rapidement évoqué" lors de l'entretien avec François Hollande dans , explique Denis Sassou Nguesso sur FRANCE 24.

"Même s'il y avait délit établi, détournement ou corruption et je ne sais pas quoi d’autre au Congo, je pense que la justice française n'est pas habilitée à traiter des délits qui se produisent au Congo. Pas plus que la justice congolaise ne pourrait venir ici en France prendre des affaires pour les traiter à Brazzaville. C'est le principe de non-ingérence et il est clairement établi comme ça’, affirme le chef de l'Etat congolais.

Denis Sassou Nguesso dénonce le "harcèlement des médias" à ce propos, mais "cela ne nous retire pas le sommeil", assure-t-il.

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/04/2017 Bénin

Patrice Talon : "dévaluer le franc CFA n’apporterait que plus de misère au Bénin"

Patrice Talon est notre invité, un an après son élection à la présidence de la République du Bénin. Il s’estime satisfait des "réformes structurelles et de l’action économique"...

En savoir plus

18/04/2017 Corée du Nord

Lassina Zerbo : "Nous ne sommes pas loin d’une catastrophe dans la péninsule coréenne"

La question du nucléaire revient régulièrement sur le devant de la scène. Inde, Pakistan, Iran, Israël, Chine ou encore États-Unis... tous s'observent. Mais depuis quelque temps,...

En savoir plus

15/04/2017 Photographie

"La France vue d'ici" : un regard engagé sur la société

Il est une France que l’on voit rarement : celle des petites communes, des banlieues, des territoires ruraux, de Penmarch, dans le Finistère, à Aullène, en Corse, en passant par...

En savoir plus

08/04/2017 Recep Tayyip Erdogan

Jana Jabbour : "Les Turcs ont adopté la stratégie du grand écart"

Les virements et les revirements de la diplomatie turque, les imprécations douteuses comme les réconciliations soudaines de son président Recep Tayyip Erdoğan sont-ils la marque...

En savoir plus

01/04/2017 Cybercriminalité

Guillaume Poupard : "Il faut établir le droit international dans le cyberespace"

Les Russes ont-ils aidé Donald Trump à accéder au pouvoir ? Une puissance étrangère peut-elle s'immiscer dans la présidentielle française par le biais d'Internet ? La cyberguerre...

En savoir plus