Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le lundi et le mercredi à 16h45. Le samedi à 7h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 09/04/2013

Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo

Le président congolais Denis Sassou Nguesso est l’invité de Jean-Karim Fall, à l’occasion de sa visite officielle à Paris. Alors que l’enquête judiciaire en France sur les "biens mal acquis" empoisonne les relations entre Paris et Brazzaville, Denis Sassou Nguesso s’irrite de l’ingérence de la justice française dans les affaires intérieures du Congo.

Le dossier des "biens mal acquis" a été "très rapidement évoqué" lors de l'entretien avec François Hollande dans , explique Denis Sassou Nguesso sur FRANCE 24.

"Même s'il y avait délit établi, détournement ou corruption et je ne sais pas quoi d’autre au Congo, je pense que la justice française n'est pas habilitée à traiter des délits qui se produisent au Congo. Pas plus que la justice congolaise ne pourrait venir ici en France prendre des affaires pour les traiter à Brazzaville. C'est le principe de non-ingérence et il est clairement établi comme ça’, affirme le chef de l'Etat congolais.

Denis Sassou Nguesso dénonce le "harcèlement des médias" à ce propos, mais "cela ne nous retire pas le sommeil", assure-t-il.

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/09/2014 L'État islamique en Irak et au Levant

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

Ibrahim al-Jaafari, le ministre irakien des Affaires étrangères, a accordé, lundi, un entretien à France 24 à l’issue de la conférence internationale de Paris sur la sécurité en...

En savoir plus

15/09/2014 Culture

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

L'arrivée en France de Netflix, le géant américain de la vidéo à la demande par abonnement, n'est pas vu d'un très bon œil par l'industrie audiovisuelle hexagonale. Invité de...

En savoir plus

13/09/2014 Guerre du Vietnam

Patrick Chauvel, photographe de guerre

Patrick Chauvel a fait ses premières armes de photographe de guerre pendant la guerre du Vietnam. Comme tous les photographes occidentaux et sud-vietnamiens, il suivait les...

En savoir plus

10/09/2014 Liberté de la presse

Charb, auteur des "Fatwas de Charb - Petit traité d'intolérance"

Charb est dessinateur et directeur de la publication de Charlie Hebdo, un journal connu pour tirer avec humour et à boulets rouges sur toutes les religions sans exception....

En savoir plus

11/09/2014 economie

"Nous sommes dans des sociétés suicidaires", assure Attali sur France 24

Jacques Attali, économiste et président du groupe Planet Finance, lance un manifeste de l’économie positive et organise un forum à ce sujet au Havre du 24 au 26 septembre. Cet...

En savoir plus