Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

FRANCE

Défendre le mariage homo est-il dangereux ?

© jeunesses-nationalistes.fr

Vidéo par France 2

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 09/04/2013

En raisons d'incidents qui ont perturbé ses derniers débats, Erwann Binet, le rapporteur du projet de loi sur le mariage pour tous, a annulé ses interventions. Selon lui, la sécurité n'est plus assurée à cause de la radicalisation des opposants.

Depuis des mois, Erwann Binet parcourt la France de débat en débat pour discuter du projet de loi sur le mariage pour tous et sur l’adoption pour les couples homosexuels. Mais le rapporteur de ce texte a annoncé, samedi 6 avril, qu’il jetait l’éponge. Le député socialiste de l’Isère a annulé ses prochaines réunions publiques pour des raisons de sécurité.

"J’ai pris cette décision en concertation avec les services de police car, systématiquement, les réunions sont entravées par des militants contre le mariage pour tous qui font du bruit, qui sifflent, qui vocifèrent pour empêcher les débats", explique-t-il à FRANCE 24.

"Des extrémistes violents"

Erwann Binet a opté pour cette mesure radicale après une réunion, vendredi soir, à la faculté de Saint-Étienne. Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, des militants des Jeunesses nationalistes (un groupuscule d’extrême droite) emmenés par leur leader, Alexandre Gabriac, sont montés sur une table et ont scandé des slogans tels que "La France aux Français".

Face à de tels débordements, le rapporteur du projet de loi estime que la sécurité des personnes présentes à ces débats n’est plus assurée : "Il y a des extrémistes violents. Les Jeunesses nationalistes ont voulu montrer leur force et leurs muscles. Je ne veux pas que cela se répète car les familles anti-mariage pour tous viennent systématiquement avec leurs enfants. Et je trouve cela irresponsable".

Pour cet élu, il est inacceptable de lancer un débat avec des militants qui incitent à la haine : "Alexandre Gabriac a été exclu du Front national pour avoir fait un salut nazi. On ne peut pas discuter avec ce genre de personnes".

Engagé sur le terrain depuis sa nomination comme rapporteur en novembre dernier, Erwann Binet constate une radicalisation du mouvement d’opposition au projet de loi : "Depuis les manifestations du mois de janvier, il y a eu un basculement. Je reçois beaucoup de courriers de gens qui pensent qu’ils sont éclairés, que leur modèle doit être la référence. Ils se sentent supérieurs car ils payent des impôts et ne sont pas des délinquants. Ils sont déconnectés d’une certaine réalité".

Une vidéo de la conférence de Saint-Etienne diffusée par des opposants au Mariage pour tous

"Je n’ai pas peur"

Le 26 mars dernier, le député socialiste avait déjà été pris à partie par des opposants au mariage pour tous lors d’une conférence à l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines. Munies de banderoles, une dizaine de personnes avaient perturbé son intervention. Erwann Binet avait même dû quitter les lieux sous escorte policière.

Malgré ces provocations et les nombreuses menaces qu’il reçoit par courrier ou sur Internet, le rapporteur assure ne pas penser à sa propre sécurité. "Je ne les ai jamais craintes. Les insultes ne m’ont jamais atteint. J’essaye d’expliquer le texte à tout le monde et de répondre aux interrogations. Je n’ai pas peur, mais là ce n’est pas possible de répondre !", affirme-t-il.

Des opposants au Mariage pour tous perturbent l'intervention d'Erwann Binet à l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines

Des actions à répétition

Plusieurs élus favorables au mariage pour tous ont ainsi été victimes d’intimidations ces dernières semaines. La sénatrice écologiste du Val-de-Marne, Esther Benbassa, a

expliqué sur son compte twitter qu’elle avait reçu de nombreuses menaces et que sa voiture avait été vandalisée samedi dernier près de son domicile parisien : "Bravo pour avoir bousillé ma voiture devant chez moi pour mon engagement pour le mariage pour tous".

La sénatrice UDI Chantal Jouanno a, elle aussi, dénoncé les pressions qu’elle subit au quotidien. Une soixantaine de militants contre le mariage homosexuel sont venus la réveiller chez elle jeudi 4 avril pour l’encourager à voter contre le projet de loi. "Il y en a marre de ce pays, où le moindre débat est l’objet et la raison de violences, on est des élus, on a aussi le droit au respect de notre vie privée", avait-elle réagi avec émotion sur France Bleu.

Pas de découragement

Même si la tension autour du mariage pour tous s'intensifie un peu plus chaque jour, Erwann Binet ne compte pas arrêter son engagement. Les prochains débats publics du député socialiste sont annulés jusqu’à nouvel ordre, mais son travail de rapporteur à l'Assemblée nationale se poursuit durant l'examen du projet de loi.

"Je n’ai jamais été découragé. Ce n’est pas parce que les opposants font du bruit que cela rend moins insupportable la discrimination dont souffrent les familles homoparentales ou les couples homosexuels. On me dit de penser aux enfants, mais je pense surtout à eux, aux enfants de familles homoparentales. Ils ont besoin du législateur pour avoir des droits", soutient ce père de cinq enfants, qui se définit comme catholique pratiquant.

Après l'adoption du texte à l'Assemblée nationale le 12 février, les sénateurs ont entamé ce lundi l'examen de l'article clé du projet de loi autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. L’étude de ce texte devrait se poursuivre jusqu'à vendredi ou samedi.
 

Première publication : 08/04/2013

  • FRANCE

    Qui se cache derrière le "printemps français" ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    "La manif pour tous" : 1,4 million de participants selon les organisateurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le contrôle de "La manif pour tous" a échappé aux organisateurs, selon Valls

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)