Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Moyen-orient

Armes chimiques : Damas refuse l'envoi d'enquêteurs de l'ONU sur son territoire

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2013

La Syrie a rejeté lundi la mission onusienne chargée de déterminer si des armes chimiques ont été utilisées dans le conflit. Damas regrette que l'ONU souhaite envoyer des enquêteurs dans tout le pays, plutôt que dans le seul village de Khan Aassal.

Damas a rejeté lundi la mission des enquêteurs de l'ONU devant être envoyés en Syrie pour déterminer si des armes chimiques sont utilisées dans le conflit, telle que l'a proposée le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui envisage un déploiement sur tout le territoire.

"Le secrétaire général (...) a suggéré une mission supplémentaire permettant à la mission de se déployer sur tout le territoire syrien, cela est contraire à la demande qu'a faite la Syrie aux Nations unies" à ce sujet, a indiqué un responsable du ministère des Affaires étrangères cité par l'agence officielle SANA.

Il a souligné que "la Syrie ne pouvait accepté de telles manoeuvres de la part du secrétariat général de l'ONU, tenant compte du rôle négatif qu'elle a joué en Irak et qui a ouvert la voie à l'invasion américaine" de 2003.

Le ministère des Affaires étrangères syrien a "regretté" que Ban Ki-moon "ait cédé aux pressions d'Etats connus pour leur soutien à l'effusion de sang en Syrie", sans préciser de quels pays il s'agissait.

Il a précisé que la demande qu'avait fait Damas auprès des Nations unies portait sur "l'envoi d'une mission technique neutre et honnête au village de Khan Aassal dans la province d'Alep (nord) pour enquêter sur ce qui s'est passé après que le village eut été la cible d'un missile doté de matières chimiques toxiques tiré par les bandes terroristes".

Le gouvernement syrien et l'opposition armée s'accusent mutuellement d'avoir employé des armes chimiques dans les régions d'Alep et de Damas dans le cadre du conflit qui ravage le pays.

Plus tôt lundi, Ban Ki-moon avait annoncé que les enquêteurs des Nations unies sont "prêts" à être déployés en Syrie, lors d'une conférence de presse à l'occasion de l'ouverture à La Haye, au siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), de la troisième conférence sur le bilan de la Convention sur les armes chimiques.

"Ma position est claire: toutes les allégations feront l'objet d'enquêtes sans retard, sans conditions et sans exceptions", a soutenu Ban Ki-moon, selon lequel "l'ONU est maintenant en mesure de se déployer en Syrie". "Dans moins de 24 heures, tous les arrangements logistiques auront été réglés".

"Nous n'attendons plus que le feu vert du gouvernement syrien pour déterminer si des armes chimiques ont été déployées, a ajouté le secrétaire général. Nous sommes encore en train de discuter de cela avec le gouvernement syrien".

Selon le ministère syrien, les consultations et "lettres échangées" entre la Syrie et l'ONU avaient "jusqu'au 3 avril enregistré des progrès", avant l'arrivée de Ban à La Haye et sa demande d'une "mission supplémentaire".

Damas avait déposé le 20 mars une requête officielle pour une enquête de l'ONU sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, qui avait été annoncée par Ban Ki-moon dès le lendemain.

La Grande-Bretagne et la France avaient de leur côté demandé que l'ONU enquête sur des allégations d'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien.

AFP

Première publication : 08/04/2013

  • SYRIE

    Attentat-suicide meurtrier dans le centre de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Un ex-marine poursuivi pour avoir combattu avec les djihadistes d'al-Nosra

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nouvel échec de l'ONU à réglementer le commerce des armes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)