Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

FRANCE

La dernière rue Maréchal-Pétain débaptisée en France

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2013

Le petit village de Belrain, dans la Meuse (Est), possédait la dernière rue en France dénommée en hommage au Maréchal-Pétain. Sur décision de ses élus, le lieu a été débaptisé et attend son nouveau nom.

La dernière "rue du Maréchal-Pétain", en France, a été débaptisée. Tel en a décidé le conseil municipal de la ville de Belrain, dans la Meuse (Est), gêné de cet hommage rendu à l’homme qui dirigea le gouvernement de Vichy durant la Seconde Guerre mondiale.

"La rue Pétain existait depuis les années 1930, sans que cela ne fasse véritablement de remous", a expliqué à l'AFP Patrick Gondouin, maire du village d’une quarantaine d’âmes, situé à quelques kilomètres de Verdun.

À l’époque de ce baptême, en effet, le Maréchal était considéré comme un héros national pour son rôle joué lors de la célèbre bataille de Verdun, ayant opposé les armées française et allemande en 1916, au plus fort de la Grande Guerre.

Futur hommage à Stéphane Hessel, ou à Raymond et Lucie Aubrac ?

Cependant, quelques années plus tard, c’est au gouvernement collaborationniste de Vichy, dont il a été l’homme fort pendant la Seconde Guerre mondiale, que son nom a été assimilé. "Lorsque j'ai été élu maire en 2008, ça m'avait titillé : je me doutais qu'un jour ou l'autre, ça allait poser un problème", poursuit Patrick Gondouin.

Par sept voix pour et une contre, la rue a finalement été débaptisée le 14 mars, à l'issue d'un conseil municipal extraordinaire. Un nouveau nom devrait lui être attribué à l'issue d'une consultation populaire dans le courant d'avril.

Parmi les propositions des administrés figurent les noms des résistants Stéphane Hessel ou Raymond et Lucie Aubrac. Mais d’autres sont en lice : "Dom Grégoire Berthelet, un moine bénédictin du XVIIIe siècle spécialiste du droit canon, ou des noms en rapport avec le lieu de la rue", a souligné le maire, qui dit "ne pas avoir de préférence particulière".
 

Première publication : 09/04/2013

  • HISTOIRE

    Un document inédit atteste de l'implication de Pétain dans les lois antisémites de 1940

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)