Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

FRANCE

Le grand rabbin de France assure qu'il ne démissionnera pas

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2013

Interrogé sur Radio Shalom, Gilles Bernheim a reconnu ce mardi être l'auteur de plagiats et ne pas être agrégé de philosophie. Le grand rabbin de France a cependant exclu de démissionner, se disant "solide" face aux critiques.

Le grand rabbin de France a mis fin, mardi 9 avril, à une semaine de silence. Invité sur Radio Shalom, Gilles Bernheim a reconnu avoir commis des plagiats et ne pas être agrégé de philosophie. Il a cependant exclu de démissionner, soutenant qu'une telle "initiative personnelle relèverait d'une désertion".

"Je travaille, j'assume chaque jour pleinement ma fonction de grand rabbin de France", a martelé Gilles Bernheim.

Concernant l'agrégation de philosophie, qu'il a reconnu ne pas détenir, il a évoqué un "événement tragique" survenu au moment du concours, sans donner davantage de précisions. "Le fait non pas de proclamer partout, mais de laisser dire que l'on est agrégé, permet de mettre un pansement sur une blessure qui est très forte et de vivre longtemps après", a-t-il argumenté.

Alors que Gilles Bernheim a reconnu mercredi dernier un plagiat concernant son ouvrage "Quarante méditations juives", l'universitaire Jean-Noël Darde a mis en lumière lundi soir deux autres cas de plagiat sur le site "Archéologie du copier-coller".

Désastre

Cette fois, les "emprunts" du grand rabbin, comme il les qualifie, concernent l'essai qu'il a fait paraître à l'automne contre le mariage pour tous, intitulé "Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : ce que l'on oublie souvent de dire". Un essai qui avait même été cité publiquement par le pape Benoît XVI en décembre dernier.

Sur son site, Jean-Noël Darde met en évidence le rapprochement qu'a fait un "vrai lecteur" entre certains passages de l'essai et l'ouvrage "L'idéologie du Gender. Identité reçue ou choisie", du prêtre Joseph-Marie Verlinde, fondateur de la Fraternité monastique de la famille de Saint-Joseph.

Un autre plagiat concerne la reprise, mot pour mot, d'une interview de Béatrice Bourges, présidente du Collectif pour l'enfance, catholique ultra-conservatrice en première ligne contre le mariage et l'adoption par les personnes de même sexe.

Ces révélations ont accru le sentiment de désastre ressenti au sein de la communauté juive, les uns plaidant pour un soutien inconditionnel à Gilles Bernheim, les autres appelant à sa démission.

Sur Radio Shalom, Gilles Bernheim s'est toutefois dit "solide" face aux pressions. "Les menaces sont toujours très brutales. Elles ont pour finalité d'exercer une forme de violence et de casser la personne. Je suis solide."

Avec dépêches
 

Première publication : 09/04/2013

COMMENTAIRE(S)