Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-orient

Al-Qaïda en Irak revendique la paternité d'un groupe de djihadistes anti-Assad

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2013

Dans un message publié ce mardi, le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Bakr al-Baghdadi, confirme que le Front al-Nosra, qui combat le régime syrien de Bachar al-Assad aux côtés de la rébellion, est une branche de son organisation.

À en croire un message audio attribué au chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Bakr al-Baghdadi, le Front al-Nosra, engagé dans le combat contre le régime syrien de Bachar al-Assad, est une branche de son groupe et a pour objectif d'instaurer un État islamique en Syrie.

"Il est temps de proclamer aux Levantins et au monde entier que le Front al-Nosra est en réalité une branche de l'État islamique d'Irak" (ISI), la principale organisation irakienne affiliée à Al-Qaïda, déclare-t-il dans l’enregistrement publié sur des forums djihadistes. "Une réalité", cachée jusqu’ici pour des raisons stratégiques et de sécurité, selon lui.

"État islamique en Irak et au Levant"

Pour confirmer son propos, il a en outre précisé que c'est Al-Qaïda en Irak qui a choisi Abou Mohammad al-Joulani comme chef du Front al-Nosra. "Nous avons choisi Al-Joulani, qui est un de nos soldats, ainsi que d'autres combattants pour se rendre d'Irak en Syrie [...], nous avons préparé des plans et des politiques de travail. Nous avons donné de l'argent et un soutien humain". Les deux groupes, ajoute-t-il, seront désormais fédérés sous l'appellation "État islamique en Irak et au Levant".

La nébuleuse terroriste semble engagée dans une vaste campagne de communication, puisque l'annonce d'Al-Qaïda en Irak intervient au surlendemain d’un discours du chef suprême du groupuscule, l’Égyptien Ayman al-Zawahiri. Ce dernier a appelé les rebelles syriens, dans un message sonore mis en ligne dimanche sur des sites islamistes, à instaurer un État islamique en Syrie dans le pays. "Déployez tous vos efforts pour que le fruit de votre djihad soit, avec la volonté de Dieu, un État islamique djihadiste [...], une étape sur la voie du rétablissement du califat islamique", a déclaré le numéro un d'Al-Qaïda à l'adresse des rebelles en Syrie.

Les soupçons américains confortés

Le groupe de djihadistes qui œuvre en Syrie, composé de combattants syriens et étrangers n’a pas encore réagi à ces annonces. Toutefois, à la fin 2012, Al-Joulani avait évoqué pour la première fois l'ambition de son groupe d'instaurer une gouvernance islamique après la chute de Bachar al-Assad, affirmant que le pouvoir devra revenir aux moujahidines, "les mieux placés pour le remplir".

Jusqu’ici, le Front al-Nosra était fortement soupçonné par les experts d'être en relation avec la nébuleuse fondée par Oussama Ben Laden et sa branche irakienne. En décembre, les États-Unis avaient inscrit le Front al-Nosra sur sa liste d'organisations terroristes, invoquant ses liens avec Al-Qaïda et indiquant que le chef de la branche irakienne "contrôle l'État islamique d'Irak et Al-Nosra".

En Syrie, il s'est fait connaître à la fois par des attentats-suicides et par son engagement sur le terrain contre les troupes loyalistes, notamment au Nord et à l’Est du pays. Ce groupe divise les opinions en Syrie, inspirant autant le respect par la discipline et la bravoure de ses combattants, que son extrémisme et ses liens jusqu’ici supposés avec Al-Qaïda inquiètent. L’annonce d’Abou Bakr al-Baghdadi aura assurément des répercussions sur l’image du Front al-Nosra dans les prochaines semaines.

Avec dépêches

Première publication : 09/04/2013

  • DIPLOMATIE

    Nouvel échec de l'ONU à réglementer le commerce des armes

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Polémique autour de l'expulsion de Syriens réfugiés en Turquie

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Ligue arabe consacre "sa rupture définitive" avec le régime des Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)